Dans le rétro: St.Jodernkellerei à Visperterminen

Pour en savoir plus sur Visperterminen et son vignoble, un article consacré à la St. Jodernkellerei que j’ai écrit en 2006.

**********

 

Des contrôles qui paient !

A Visperterminen, la St Jodernkellerei est une coopérative en plein essor. Il suffit pour s’en convaincre de visiter les installations fraîchement refaites. Un demi-million a été investi. La réception des vendanges est pilotée par ordinateur, tout comme les températures de fermentation des différentes cuves. Ici, l’on ne badine pas avec la qualité et l’on comprend mieux le saut qualitatif assez impressionnant qui caractérise les crus de la cave, Heida en tête. Le vin mythique du lieu n’a plus grand-chose à voir avec les clichés véhiculés autrefois. Dans ce vignoble atypique, le plus haut d’Europe, certaines parcelles étant perchées à 1100 mètres d’altitude, le Heida est roi, trustant à lui seul plus de 30% des surfaces soit 14 hectares sur les 40 que compte la commune. Les quelque cinq cents sociétaires de la coopérative – qui cultivent 80% des surfaces de vignes communales – sont soumis à des contrôles stricts de la production, et ceci en plus de ceux organisés par l’Interprofession. Chaque année, dès la mi-août, une équipe de neuf contrôleurs passe dans les vignes des sociétaires, par groupes de trois, pour contrôler la charge et l’état des parcelles. « Nous effectuons un contrôle visuel de l’ensemble du vignoble et nous procédons à un examen strict d’un certain nombre de parchets », explique Bernardo Briggeler, responsable du vignoble à la St. Jodernkellerei et membre de la commission de contrôle. Là, les grappes d’un échantillonnage de ceps sont comptées, les baies mesurées, afin d’estimer la production avec le plus de précision possible.

Dégrappé ou déclassé
Les vignerons pris en flagrant délit de surcharge sont avertis et disposent d’un délai pour alléger leurs ceps. Un nouveau contrôle est alors effectué. Si les problèmes ne sont pas résolus, la vendange du parchet sera déclassée en 2e ou 3e catégorie. Avant cela, en fin juin, tous les sociétaires ont reçu une information et des consignes quant aux normes de dégrappage.
Si les fournisseurs de vendange de la St Jodernkellerei acceptent de se soumettre à ces contrôles, c’est qu’ils y trouvent leur compte. Face aux incertitudes du marché, les responsables de la Coopérative hésitent à donner des chiffres. On saura cependant que le Heida vendangé à belle maturité est payé à plus de 5 francs le kilo. Le barème est fixé en fonction de la teneur en sucre naturel, pour des rendements ne dépassant pas les limites de l’AOC, soit 1,2 kg/m2. Pas étonnant dès lors qu’à ce prix-là, un cépage comme le Heida soit plébiscité par les vignerons de Visperterminen !

Pour voir la photo du sommet des vignes de Visperterminen

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire