La faute aux vignerons-encaveurs

Les vignerons-encaveurs sabotent le marché

Lu dans le Nouvelliste de samedi:

Roland Vergères, directeur de Provins:
“L’inquiétude de voir le marché s’effondrer viendrait plutôt des petits propriétaires-encaveurs. Ces derniers, loin de l’idée-reçue, vendraient plus de 40% de leur production en vrac (ndlr: aucun chiffre officiel n’existe à ce sujet). Sachant que ce groupe représente 25% de la production valaisanne, on atteint pour 2011, 4,33 millions de litres qu’on ne voudrait pas voir bradés.”  Le directeur de Provins craint que certains petits propriétaires-encaveurs, manquant de place, puissent être tentés de liquider ce vrac au prix fixé par l’acheteur sans tenir compte du prix réel. 
L’exactitude de la relation de ces propos m’a été confirmée par Roland Vergères ce matin.
J’ai déjà eu plusieurs réactions, étonnées, un brin courroucées aussi. Personne ne semble bien comprendre d’où viennent ces chiffres. D’autant plus que le rapport de vendanges – sujet de l’article – indique que les propriétaires-encaveurs ne représentent pas (ou plus) les 25% mentionnés mais à peine plus de 20% de l’encavage. “C’est clairement une attaque”, s’insurge un vigneron-encaveur qui manifeste beaucoup d’incompréhension face aux motivations qui président à cette déclaration.  “Il y a bien sûr des ventes de vrac, mais assurément pas dans les proportions mentionnées.  Ces déclarations sont scandaleuses. C’est clairement l’hôpital qui se fout de la charité”, s’énerve un autre.
La prochaine séance de l’Interprofession risque bien d’être animée. D’autant plus que la bisbille règne cette fois à l’intérieur d’une même “famille”, celle de la production à laquelle appartient Provins.

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire