Humagne (2), autochtone, non, traditionnelle, oui!

L’Humagne (la blanche), un cépage autochtone des Pyrénées-Atlantiques, comme je l’ai relevé dans mon dernier billet.  De quoi faire bondir le producteur ou l’amateur de vins valaisans ! C’est pourtant une forte probabilité historique, si ce n’est pas une vérité démontrée puisqu’il reste un doute sur le chemin parcouru par ce cépage. Les Valaisans doivent-ils alors renoncer à « mettre la main » sur l’Humagne, à la promouvoir comme une curiosité locale. Certes non! Et pour plusieurs raisons…

D’abord parce que, probablement, aucun des cépages considérés comme autochtones ne sont nés en Valais. Il serait très prétentieux, et très con aussi, de croire que la vigne est née dans notre coin de pays, aussi beau et favorable à la viticulture soit-il. Au fil des progrès de la science, on démontrera que l’origine de chacune des variétés ancestrales cultivées en Valais est bien plus lointaine qu’il n’y paraît.

Ensuite, parce que l’important ne tient pas tant dans l’origine du cépage que dans la tradition qui le rattache à un terroir. Si je prends l’exemple de l’Humagne-Miousat, on constate que chez nous, l’Humagne est cultivée, au moins depuis 1313, alors que le Miousat est un « cépage blanc jaunâtre autrefois faiblement cultivé dans la région de Jurançon et de Monein dans les Pyrénées-Atlantiques » (Pierre Galet, Dictionnaire encyclopédique des Cépages, Ed. Hachette). Un mot fait la différence: autrefois. Ce qui semble bien indiquer que le Miousat  n’existe plus qu’à l’état de traces dans le Sud-Ouest de la France.  On peut donc légitimement faire du Valais la terre de prédilection et de tradition de l’Humagne.

Et même s’il y en avait encore une certaine quantité dans sa patrie d’origine, le Miousat-Humagne ne pourrait-il avoir deux terres d’élection ? L’Humagne resterait … et restera donc un des cépages traditionnels du Valais. Car l’an prochain, l’Humagne (tout comme la Rèze et peut-être le Cornalin) pourra se vanter d’être connue en Valais depuis 700 ans. Largement de quoi figurer au rang des traditions.

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.

Trackbacks/Pingbacks

  1. A vos agendas: Humagne en fête à Leytron | Valais du Vin - 30 octobre 2013

    […] Pour en savoir plus sur l’Humagne blanche: suivez ce lien (humagne blanche en chiffres) ou celui-ci (humagne blanche et ses origines) […]

Laisser un commentaire