Consommation de vin: Genève et Neuchâtel, l’explication

En analysant les chiffres de consommation, je vous avais signalé le score très intéressant des vins genevois et neuchâtelois (voir article du 20 avril). Des cantons en progrès, alors que Vaud et Valais prenaient un bouillon. En travaillant sur le dossier, j’ai eu plusieurs contacts. L’un d’eux, me signalant qu’à l’assemblée de la fédération suisse des vignerons, les Genevois étaient les plus enclins à appeler au secours, à demander notamment la baisse des quotas d’importation, je me suis dit qu’il devait donc y avoir une autre explication. Deux autres sources m’ont apporté une réponse qui me semble fiable. Ces deux cantons auraient (j’applique le conditionnel par prudence) utilisé l’arme du déclassement volontaire d’une partie de leur vendange en vins de deuxième catégorie. Comme les statistiques fédérales ne concernent que les vins AOC, les volumes déclassés disparaissent, comme s’ils avaient été bus.  Le bouillon est donc général cette année. Mais c’est une faible consolation.

Autre point sur le même sujet. Je ne vous avais pas parlé des vins alémaniques, parce que le document de l’OFAG leur attribuait un résultat à l’évidence aberrant, puisqu’un chiffre manquait.  Problème corrigé à ce jour. Les vins alémaniques progressent de 0,4 millions de litres. Avec ou sans déclassement ? Je l’ignore.

Quoi qu’il en soit, cette histoire de déclassement discrédite un tantinet ces statistiques. L’OFAG aurait intérêt à tenir le compte de l’ensemble des vins produits, qui a mentionner séparément les différentes catégories. Sinon, il devient bien aléatoire de conclure quoi que ce soit.

 

 

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.

One Response to “Consommation de vin: Genève et Neuchâtel, l’explication”

  1. thomasvino | 26 avril 2012 at 8 h 50 min #

    Cher Paul, des chiffres existent à la page 15 de l’«Année viticole 2011». Selon le Contrôle suisse du commerce des vins, les vins de pays romands représentent 6,3% des stocks de vins blancs de toute la Suisse romande au 31.12.2011. Et les rouges, 10,8%. On peut y ajouter une infime part (un dixième des VDP) en vins de table suisse. Cela paraît donc marginal…

Laisser un commentaire