Le Païen en Valais (1)

Dans le cadre des séries sur les cépages, attaquons avec le Païen, aussi appelé Heida, ou parfois désigné par le nom du cépage, Savagnin blanc.

Quelques chiffres pour commencer, et pour se rendre compte de l’évolution de sa cote dans notre canton. En 1991, on en dénombrait 13,8 ha. En 1997, on en était encore qu’à 16,2 ha et à 20,1 ha en 2000.
Tout s’est ensuite accéléré. 2003: 30,3 ha – 2006: 57,5 ha – 2007: 67,9 ha – 2008: 75,2 ha – 2009: 80,2 ha – 2010:86,1 ha – 2011: 91,9 ha. Alors qu’il n’était que le 7e cépage blanc du canton au début du millénaire, il est aujourd’hui en 4e position, derrière le Chasselas (1014 ha), le Sylvaner (240 ha) et la Petite Arvine (157 ha). Depuis l’an 2000, ses surfaces ont donc été multipliées par 4,5. Si l’on considère la période 2005-2011, il s’est planté 42 ha de Païen contre « seulement » 28 ha de Petite Arvine. Et pendant ce temps, le Chasselas a perdu 224 ha.

On peut donc le dire sans crainte: en Valais, le Païen-Heida-Savagnin blanc est le cépage blanc à la mode.

 Visperterminenun point culminant à 1150 mètres 

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.

One Response to “Le Païen en Valais (1)”

  1. Wink Lorch | 1 mai 2012 at 23 h 24 min #

    Merci pour cette information… J’avais aucune idée que la croissance de ce cepage est si énorme. Avec ces chiffres, maintenant en Valais il ya presque un tiers de la surface du Savagnin en Jura (France). Ca mérite une visite en Valais prochainement!

Laisser un commentaire