L’Etat au secours des vignerons

Le canton du Valais a décidé de réorienter sa politique de soutien à la viticulture.  Conscient du déséquilibre entre production et encavage, l’Etat s’oriente désormais vers des mesures de soutien direct aux vignerons. Le communiqué mentionne aussi que « chaque entreprise devrait encaver en fonction de ses capacités de vente et adapter en conséquence les prix à ses fournisseurs. »

Voici l’intégrale du communiqué de presse…   et ci-dessus, la réaction du Président de l’IVV qui ne croit pas trop à un transfert de l’aide financière, de la promotion à la production.

De la responsabilité de chaque encaveur et vigneron pour les prochaines vendanges
(IVS).- Une répartition inégale de la valeur ajoutée au sein de la filière depuis plusieurs années met en danger l’avenir du vignoble valaisan ; un vignoble qui se caractérise par un retard d’investissement important. Dans ce contexte, il est essentiel que chaque acteur assume ses responsabilités par rapport à la prochaine vendange.

L’analyse de la filière vitivinicole valaisanne montre une répartition de la valeur ajoutée défavorable pour les vignerons. Cette situation, identifiée déjà en 2006, s’est encore aggravée. Il s’ensuit un retard d’investissement au niveau de l’outil de production (vignes et murs notamment) dangereux pour la pérennité du vignoble.

Lors de l’adoption de sa Loi sur l’agriculture en 2007, le Canton a clairement répondu aux attentes de la profession demandant plus d’indépendance et d’autonomie dans la gestion de leur filière. Les responsabilités respectives ont été clairement définies et des compétences ont été attribuées à l’Interprofession de la vigne et du vin (IVV).

En parallèle, une Charte de qualité a été signée par toutes les familles de l’IVV et le conseiller d’Etat Jean-Michel Cina, chef du Département de l’économie, de l’énergie et du territoire (DEET). Des priorités claires et des objectifs communs ont été fixés, notamment d’assurer l’équilibre financier de la filière afin de garantir la pérennité du vignoble et de poursuivre la montée en gamme observée depuis 2005.

En 2011, le Canton a accordé un soutien sans précédent à sa viticulture, notamment en matière de promotion. Vu la situation actuelle, une réorientation des moyens vers des mesures de soutien direct aux vignerons sera opérée. Le DEET s’engage pour augmenter les aides structurelles aux vignerons tant au niveau cantonal que fédéral. Jean-Michel Cina a d’ailleurs fortement insisté sur ce point
lors de sa rencontre de ce jour avec le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann.

La perspective des futures vendanges requiert que les acteurs concernés prennent leurs responsabilités. Chaque entreprise devrait encaver en fonction de ses capacités de vente et adapter en conséquence les prix à ses fournisseurs. De son côté, l’Interprofession de la vigne et du vin est compétente pour adapter globalement les rendements, fixer des prix indicatifs avant vendange et promouvoir

Le travail de la vigne ne paie plus. L’Etat soutiendra ses vignerons…

les ventes.

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.

2 Responses to “L’Etat au secours des vignerons”

  1. Franz | 26 juin 2012 at 12 h 47 min #

    Ça sent les élections. On achète des voix…

    • Paul Vetter | 26 juin 2012 at 13 h 31 min #

      C’est une façon de voir. Mais ça fait aussi beaucoup de mécontents. Si le but est là, il ne sera à l’évidence pas atteint.

Laisser un commentaire