Contrôler vaut mieux que se plaindre

2012 est une année difficile. De la coulure, de l’oïdium… et surtout un marché difficile (voir les chiffres de la consommation) qui a incité l’Interprofession à baisser les quotas de production.

Si l’on veut maîtriser au mieux la vendange à venir, rien de tel que les contrôles. Pour Emmanuel Carron, le patron de la Cave St-Georges à Sierre, également promu récemment directeur technique de la Cave Maurice Gay à Chamoson, pas question d’attendre que l’IVV s’en charge. Depuis bientôt 10 ans, il visite chaque année quelque 300 fournisseurs. Et plutôt deux fois qu’une lorsque c’est nécessaire. Une manière de laisser le moins de place possible à l’imprévisible: des vendanges excédentaires ou altérées par la maladie.

Visite d’un vigneron en sa compagnie dans la vidéo ci-dessus.

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire