Europe: vendanges catastrophiques

Un communiqué de l’Agence France Presse repris pas plusieurs médias électroniques. 

Les vendanges ont été catastrophiques en 2012 dans l’Union européenne (UE) avec un recul de 10% par rapport à l’année dernière du fait des mauvaises conditions climatiques, a annoncé jeudi la fédération des organisations agricoles Copa-Cogeca. «En Italie et en France, cela faisait 40 voire 50 ans que l’on n’avait pas connu une aussi mauvaise récolte», a souligné Thierry Coste, président du groupe de travail «vin» du Copa-Cogeca. La récolte devrait atteindre quelque 144 millions d’hectolitres dans toute l’UE, soit une baisse de 10% par rapport à l’année dernière, avec un fort déclin constaté dans l’ensemble des principaux pays producteurs. Elle est la conséquence de la sécheresse dans les pays du sud et des conditions météorologiques froides et humides dans d’autres États.

 La Copa-Cogeca prévoit également une baisse de la production de vin au niveau mondial. Selon elle, les exportations du secteur vitivinicole européen ont atteint la valeur de 8 milliards d’euros en 2012, soit presque un quart des exportations européennes de produits agricoles. Pour l’organisation, le caractère cyclique de la production justifie la nécessité de créer un Observatoire européen du marché vitivinicole, qui permettrait de disposer d’informations actualisées concernant le marché, «afin de permettre aux producteurs de mieux adapter la production à la demande».

La Copa-Cogeca soutient également les démarches de onze pays européens, dont les principaux producteurs comme la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal, qui souhaitent revenir sur la fin programmée des «droits de plantation». Ce système de contrôle des vignobles était appelé à disparaître d’ici à 2018 afin de permettre d’adapter la production à la demande internationale et aux effets de mode, en donnant aux vignerons le libre choix de planter les cépages qu’ils souhaitent.

Si cette libéralisation a lieu, «l’industrialisation pourrait menacer la richesse de l’offre européenne de vin et perturber significativement l’équilibre de l’ensemble de la filière vitivinicole», a jugé M. Coste. La Commission européenne a annoncé fin septembre «réfléchir» au maintien d’un système de gestion des vignes, plus «souple» que l’actuel.

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire