Leytron propose de belles humagnes…

La fête de l’Humagne de Leytron, édition 2012, a vécu. Et plutôt bien. Le niveau global des vins était très intéressant. Peu de canards boiteux, beaucoup de bons vins, et bien sûr quelques crus remarquables.

J’ai pris quelques notes très rapides. Je cite quelques-uns des vins que j’ai particulièrement aimés, mais sans avoir la prétention de parler de tous les crus qui mériteraient une mention. Que les absents m’excusent…

Deux ou trois Humagnes blanches d’abord. Celle de David Rossier, l’organisateur en chef, avec une jolie note florale et une belle structure. Bien apprécié aussi l’Humagne blanche 2011 de la Cave du Bosset, une belle matière, charnue, avec un fruité bien agréable. Sympa aussi le millésime 2008, avec une petite note pétrolée. Mention aussi pour l’Humagne blanche puissante et fruitée du Domaine du Grand-Brûlé et pour le magnifique fruité (pêche, prune) de Philippoz frères.

Jo Gaudard

 

Passons aux Humagnes rouges. Joli nez de violette et de fruits noirs, avec une belle harmonie chez Jo Gaudard. Un genre différent, avec plus de puissance et d’extraction chez Gilbert Devayes. Un beau fruité et des tannins fermes pour les deux Humagnes. Une note caramel en plus pour celle qui a vécu en barriques. Jolie dentelle chez Philippe Darioli, avec de la violette, des myrtilles, de la cerise, dans une bouche caressante. Après un 2011 bien agréable, rond et charnu, Jean-Jacques Défayes a proposé un millésime 2003 qui démontre que l’Humagne rouge apprécie les millésimes chauds et secs.  Humagne rouge avec une belle extraction, des baies noires sauvages et de beaux tannins chez Defayes-Crettenand.  Belle Humagne rouge aussi  avec de la chair et du fruit, chez Rouvinez Vins  (Domaine de l’Ardévaz).

Chez Jean-Jacques Défayes, un millésime 2003 plein d’enseignements.

 

Quelques Cornalins, aussi, sur certaines tables. Je ne les ai pas tous goûtés, mais j’ai beaucoup apprécié, tant  chez Philippe Darioli (un grand et beau fruit, de la chair) que chez Defayes-Crettenand et au Domaine du Grand-Brûlé.

L’occasion aussi de rapprocher fournisseurs et encaveurs. Ici Philippe Darioli (à gauche) et Denis Roh.

 

Cette liste n’est certes pas exhaustive, loin de là. Cette visite à Leytron a été pour moi un bon moment de dégustation, dans une ambiance sympa, et peu de gros points faibles. Leytron donne donc une bonne image des ses cépages phares. Et c’est tout bénéfice pour la viticulture valaisanne.

 

Stéphane Defayes (Defayes-Crettenand)…

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.

One Response to “Leytron propose de belles humagnes…”

  1. Jerome | 11 novembre 2012 at 5 h 51 min #

    Bravo les.encaveurs de Leytron. Il est vrai que la dégustation linéaire des humagnes rouges m’a laissé une forte impression. Justesse et équilibre, gage de longévité, et cerises sur le gâteau un Rython d or de 2004, une apothéose.

Laisser un commentaire