Petite Arvine – Païen/Heida : l’évolution

Durant les dix dernières années, deux spécialités blanches ont connu un très fort développement en Valais. Quand je dis « très fort développement », c’est bien sûr à l’échelle du Valais, un vignoble qui comptait, aux dernières vendanges, 4975,8 ha. (Je rappelle en passant qu’on est pour la première fois depuis des décennies repassé en-dessous de la barre symbolique des 5000 ha.)

Voici 10 ans, aux vendanges 2003, on dénombrait 100,1 ha de Petite Arvine. En 2007, on en était à 144,6 ha (+44,5 ha en 4 ans). En 2012, aux dernières vendanges, on en est à 165,7 ha (+ 21,1 ha en 5 ans). Soit une progression de 65,6 ha entre 2003 et 2012.

Pendant ce temps-là, le Païen partait presque de rien. A peine 30,3 ha en 2003. En 2007, la surface de Païen avait plus que doublé, pour se situer à 67,9 ha (+37,6 ha). Une progression inférieure à celle de l’Arvine. Durant les 5 dernières années, la progression du Païen ralentissait aussi, mais dans une moindre mesure que la Petite Arvine. En 2012, on en dénombrait 97,5 ha (+ 29,9 ha). Cela alors que le vignoble valaisan perdait dans le même temps (entre 2007 et 2012) plus de 160 ha.

Ainsi, durant les cinq dernières années, le Païen (Heida – Savagnin blanc – Traminer) a mérité le titre très officieux de « Cépage blanc le plus planté en Valais ».

Savagnin blanc, un cépage qui a la cote en Valais

Savagnin blanc, un cépage qui a la cote en Valais

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire