Petite Arvine – Païen/Heida : l’évolution

Durant les dix dernières années, deux spécialités blanches ont connu un très fort développement en Valais. Quand je dis « très fort développement », c’est bien sûr à l’échelle du Valais, un vignoble qui comptait, aux dernières vendanges, 4975,8 ha. (Je rappelle en passant qu’on est pour la première fois depuis des décennies repassé en-dessous de la barre symbolique des 5000 ha.)

Voici 10 ans, aux vendanges 2003, on dénombrait 100,1 ha de Petite Arvine. En 2007, on en était à 144,6 ha (+44,5 ha en 4 ans). En 2012, aux dernières vendanges, on en est à 165,7 ha (+ 21,1 ha en 5 ans). Soit une progression de 65,6 ha entre 2003 et 2012.

Pendant ce temps-là, le Païen partait presque de rien. A peine 30,3 ha en 2003. En 2007, la surface de Païen avait plus que doublé, pour se situer à 67,9 ha (+37,6 ha). Une progression inférieure à celle de l’Arvine. Durant les 5 dernières années, la progression du Païen ralentissait aussi, mais dans une moindre mesure que la Petite Arvine. En 2012, on en dénombrait 97,5 ha (+ 29,9 ha). Cela alors que le vignoble valaisan perdait dans le même temps (entre 2007 et 2012) plus de 160 ha.

Ainsi, durant les cinq dernières années, le Païen (Heida – Savagnin blanc – Traminer) a mérité le titre très officieux de « Cépage blanc le plus planté en Valais ».

Savagnin blanc, un cépage qui a la cote en Valais

Savagnin blanc, un cépage qui a la cote en Valais

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.
No comments yet.

Laisser un commentaire