Chamoson mise sur le Johannisberg

Démarche originale à Chamoson. La plus grande commune viticole du canton va miser résolument sur son terroir, et sur son cépage phare. En fin de semaine, une trentaine de professionnels réunis à l’Espace Johannis’ se sont attachés à déterminer le profil-type d’un Johannisberg de Chamoson. Avec pour objectif plus lointain, la création d’un Conservatoire des vins de Chamoson.

A Chamoson, on ne veut pas se disperser. Toute la communication de la Commune s’appuiera sur le cépage vedette du lieu, le Johannisberg, avec un slogan : Chamoson, Terre de culture.

Reste à démontrer que ce cépage peut jouer dans la cour des grands. Critère choisi : le potentiel de vieillissement, marque d’un grand vin.

«Nous voulons mettre en place une collection de Johannisberg de Chamoson qui pourront être dégustés dans 5 ans, 10 ans, voire 20 ans. Pour bien démontrer que ce terroir a un potentiel exceptionnel et que ce cépage, dans ce terroir, est digne des plus grands vignobles du monde», explique Jean-Marc Amez-Droz, consultant en marketing du vin.

Pas facile cependant de choisir judicieusement les vins qui mériteront de figurer dans cette collection. Pour cela, une démarche originale. Les dégustateurs ont d’abord été priés de décrire verbalement le Johannis’ de Chamoson. Avec plusieurs difficultés…

«La première, c’était déjà de mettre les gens d’accord,  sur le profil qu’on voulait rechercher, quelle était l’identité traditionnelle du Johannis’, et ensuite, comment mettre des mots sur ce profil… », relate la spécialiste Anne-Claude Luisier.

Il a ensuite fallu confronter ces mots aux sensations perçues durant la dégustation de six vins. Et choisir celui qui correspondait le mieux à l’image type du Johannisberg. Après bien des discussions constructives, on y est parvenu.

« Ce profil type, c’est un Johannisberg qui doit s’exprimer sur ce que généralement les producteurs et les professionnels ressentent. C’est-à-dire une note d’amande, amande douce, amande grillée. Avec une certaine ampleur, une certaine richesse. Ensuite, en bouche, on doit retrouver un vin qui est sec, mais qui a du gras, du volume. Et avec une belle amertume en finale qu’on appellera positive. » souligne Dominique Fornage, le Monsieur Johannisberg choisi par l’IVV.

Grâce au profil-type établi et à cette bouteille référence, les Chamosards pourront dorénavant réunir un conseil de dégustation. Des spécialistes de toutes provenances  qui seront appelés à sélectionner les premiers vins du Conservatoire des Johannisbergs. De Chamoson, terre de culture, bien évidemment.

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire