Mondial du chasselas: une explication…

Il y a quelques jours, je publiais dans ces colonnes l’avis très clair d’un journaliste de Marianne sur les « vins de concours ».  Ce faisant, j’ai subi le relatif et cordial courroux de mon collègue Alexandre Truffer, rédacteur en chef adjoint de Vinum, un dégustateur très impliqué dans les concours comme chef de presse ou comme juré.  Vous trouverez trace de nos échanges épistolaires dans la rubrique « commentaires » faisant suite à cet article. J’y concédais que  « OUI, je m’imagine bien que les chasselas du Mondial du Chasselas ne seront pas des monstres bodybuildés. Ce serait un comble si c’était le cas pour ce vin de … soif. »

Aujourd’hui, en lisant l’article du Nouvelliste relatif aux résultats du Mondial du Chasselas, j’ai presque regretté cette concession. L’envoyé de l’Interprofession des vins du Valais y déclarait: « Les chasselas les plus faciles à identifier sont les allemands. Ils sont plus lourds, plus capiteux. Ils présentent beaucoup moins de finesse que les vins valaisans. »  Et curieusement, c’est un chasselas allemand qui s’est imposé. Les explications d’Alexandre Truffer au journaliste du NF: cette année, un tiers des juges sont étrangers.

Le spécialiste de l’hebdomadaire Marianne n’aurait-il pas eu raison, même pour un cépage comme le chasselas. Les vins qui se notent n’auraient-ils pas damé le pion aux vins qui se boivent. N’ayant pas dégustés les différents crus (je connais quelques-unes des médailles d’or valaisannes qui sont de belle facture, même si ces crus ne sont pas dans les dix meilleurs pointages du concours), je ne me prononcerai pas. Mais si j’en crois les propos relatés dans le quotidien valaisan, le muscle a primé sur l’élégance. Et le fait que les dégustateurs étrangers étaient plus nombreux dans le jury n’y change rien… Et de grâce, chers encaveurs valaisans, si vos Fendant sont trop élégants pour certains, ne changez rien. Nous on les aime comme ça, car ces vins-là se boivent.

mondial chasselas nf

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.

8 Responses to “Mondial du chasselas: une explication…”

  1. Rausis Christian | 9 juillet 2013 at 8 h 45 min #

    Sur le site http://www.mondialduchasselas.com/data/dataimages/Upload/mca-palmares2013.pdf il est stipulé que près d’un tiers des 67 jurés venaient de France, d’Allemagne et d’Italie, soit 22. Cela ne nous dit pas combien il y avait de jurés allemands, mais en tout cas beaucoup moins que des jurés suisses ! On pourrait aussi dire que la dégustation est faussée, parce que les deux tiers des jurés sont suisses.
    Par contre on sait qu’il y avait 35 vins allemands proposés sur 638, soit moins de 5,5% pour 593 vins suisses (près de 93%), dont 91 valaisans (près de 14%). Je n’arrive pas à trouver la liste des vins valaisan présentés. Le chasselas n’est de loin pas mon cépage préféré, mais j’en apprécie néanmoins comme ceux de Simon Maye que je n’ai pas vu dans la liste des médaillés. Il est vrai que certains domaines reconnus n’ont pas besoin de participer à des concours.
    Je constate qu’il y a de nouveau plus de 30% de médaillés et qu’on obtient déjà une médaille d’or avec une note de 89 points. Cela me laisse songeur. D’un autre côté, cela fait de la pub pour les médaillés et écrire des articles dans les journaux, revues et blogs.

  2. Bagnoud Paul | 9 juillet 2013 at 13 h 54 min #

    Christian, voir ici :http://www.oiv.int/oiv/info/frconcours. la norme OIV . Il faudrait, pour respecter la norme un maximum par table (ou jury) de 2 sur 5, ou 3 sur 7 jurés du pays organisateur. Et moins de 50 % ‘absolu’. S’y trouvent en annexe de la norme les fameuses fiches de dégustation OIV.
    Je suis aussi songeur….encore plus après avoir goûté moult vins primés.

    • Rausis Christian | 9 juillet 2013 at 16 h 05 min #

      Merci pour le lien, Paul. Il y a aussi le best of des vins suisses médaillés : http://www.wineinfo.ch/bsw.html
      J’avoue que je m’y perd.
      Sais-tu où l’on peut obtenir la liste de tous les vins valaisans qui ont participé au mondial (cela me fait penser au football) du chasselas ?

      • Alexandre Truffer | 11 juillet 2013 at 7 h 50 min #

        Impossible de trouver la liste de tous les vins valaisans présentés. Comme tous les concours, le Mondial du Chasselas ne dévoile que la liste des vins primés, ceux qui n’ont rien gagné restent inconnus.
        Concernant les 30% de médaillés, dont 10% en or, c’est le standard international appliqué dans tous les concours (Grand Prix du Vin Suisse, Mondial du Pinot, Vinalies de Bruxelles).

        • Rausis Christian | 11 juillet 2013 at 8 h 50 min #

          Dommage. On pourrait peut-être octroyer des médailles de bronze !

  3. Alexandre Truffer | 11 juillet 2013 at 9 h 09 min #

    Pour ceux qui voudraient comparer par eux-mêmes les médaillés valaisans, vaudois et étrangers, le Mondial du Chasselas aura un stand à VINEA 2013. On vous attend!

  4. Bagnoud Paul | 11 juillet 2013 at 16 h 49 min #

    Merci de ce renseignement. Le mieux noté, le Chaslie, avec son seul petit goût de noisette (le producteur lui-même le dit dans son descriptif), n’est-ce pas un arôme de réduction?

  5. Alexandre Truffer | 12 juillet 2013 at 8 h 44 min #

    Non la réduction, c’est la vieille serpillière, le chou, le moisi.
    La noisette est un arôme positif, qui fait partie de la famille des fruits secs comme l’amande, que l’on trouve dans le Sylvaner par exemple.
    De plus, je pense que les oenologues allemands ne sont pas plus bêtes que les autres et si l’un d’eux trouvait que son vin est péjoré par une réduction, il s’appliquerait à combattre cette réduction plutôt que d’en faire la publicité ;)

Laisser un commentaire