Provins paie… mais combien

Communiqué de presse de Provins, ce jour…

Provins Valais tient ses engagements.
La coopérative valaisanne, numéro un en Suisse et Vigneron de l’année 2013, a procédé au paiement final de la vendange 2012.

La situation des prix sur le marché du vin suisse reste extrêmement tendue. Pourtant, Provins tient ses engagements. La coopérative viticole, numéro un en Suisse, vient en effet de verser 100% pour les spécialités 2012 à ses sociétaires. Les prix définitifs représentent ainsi entièrement les prix provisoires
communiqués initialement. Toutes les primes qualité ont également été versées
Le Conseil d’administration et la direction de Provins avaient annoncé en 2013 leur intention de tout faire pour tenir les prix annoncés en décembre 2012. C’est donc chose faite depuis cette semaine pour les spécialités mais pas pour le Pinot, le Fendant, le Gamay et le Gamay-Goron.
Le marché pour le Pinot, le Fendant, le Gamay et le Gamay-Goron reste très difficile suite à l’effondrement des prix en 2011. Pour ces cépages, Provins verse donc un dernier acompte qui correspond aux prix du marché.
« Cet ultime versement démontre ainsi clairement, la nouvelle politique offensive et dynamique que Provins souhaite poursuivre ces prochains mois, après que nous ayons déjà payé 80% de la vendange 2013 avant Noël, pour la première fois depuis 2000», indique Pierre-Alain Grichting, président du conseil d’administration de Provins.
Pour Raphaël Garcia, nouveau directeur général entré en fonction lundi 10 mars 2014, c’est évidemment une bonne nouvelle. « C’est vrai que commencer mon nouveau défi avec ce versement définitif, va me permettre de tout mettre en œuvre pour booster les ventes, l’image et la notoriété de Provins en Valais, mais surtout hors canton. Cela nous permettra de revaloriser le travail des sociétaires».

Je concède volontiers un plus en matière de paiement puisque, comme annoncé, quelque 15 mois après la vendange (il s’agit bien du millésime 2012), le paiement définitif est effectué.  Autre sujet de satisfaction: pour les spécialités, les promesses ont été tenues.

Restent les trois cépages les plus plantés qui représentent 25 millions de litres sur les 37,7 millions de la vendange 2012, soit les deux tiers de la récolte. Et là, il faut bien le dire, c’est la déception. « Je suis atterré » m’a confié par téléphone un fournisseur de vendanges professionnel pour tout commentaire. Jugez par vous-mêmes. Alors que l’on considère qu’il faut 3 fr par kg de vendange pour couvrir ses frais de production, le paiement de base est de Fr. 2,40 pour le Fendant et le Gamay et de  Fr. 2,50 pour le Pinot noir.  Avec bien sûr des plus-values pour des chartes de qualité, mais aussi des pénalisations possibles …  Les prix du marché, certainement, mais des prix qui ne permettent pas au producteur de vivre de son travail.

Espérons maintenant que le millésime 2013, dont le paiement a été fait à hauteur de 75 à 80% en décembre (une nouveauté à souligner), permettra de valoriser un peu mieux – ou un peu moins mal – les cépages courants. Sinon, gare à l’abandon des vignes !

Provins 2

 

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire