Les vins du Docteur…

J’ai découvert la Cave Histoire d’Enfer à Corin. Mais oui, vous savez, les vins du Dr. Patrick Régamey, médecin à Crans-Montana et Genève, mais aussi dégustateur émérite. Il a  notamment participé à l’histoire aujourd’hui partiellement éteinte du Grand Jury Européen du Vin.

J’ai du même coup fait la connaissance du vinificateur de la cave. Il s’agit de Benoît Paris, un jeune bourguignon qui semble s’être très vite attaché au vignoble valaisan.

Lors de cette visite, j’ai eu l’occasion de déguster les vins rouges actuellement en cours d’élevage. Le plus passionnant, dans la démarche de la Cave Histoire d’Enfer, ce sont les cuvées parcellaires réalisées chaque fois que possible. Exemple le plus flagrant, les cinq bouteilles de Pinot noir – un vinificateur bourguignon et un patron passionné par les Bourgogne – qui se déclinent de L’Enfer du Désir à Calcaire absolu, en passant par L’Enfer du Plaisir, L’Enfer de la Passion et l’Enfer du Calcaire.

Le Pinot d’entrée de gamme – tout de même vendu 30 fr. – est un assemblage de différentes parcelles. Le second est issu d’une unique parcelle à Corin (Bretton). De là aussi vient le troisième, mais avec une vinification différente, en raisins entier. Objectif, un supplément de fraîcheur et de complexité aromatique. L’Enfer du Calcaire est constitué de raisins provenant de trois parcelles de Salquenen. Même origine géographique pour le Calcaire absolu auquel on réserve la plus vieille vigne de ce terroir. Avec pour ce vin une vinification 100% en raisin entiers.

Il faut avouer que la dégustation est très passionnante, avec des Pinots noirs assez atypiques en Valais. Elégance et fraîcheur  sont ici les mots clés.  Avec des déclinaisons aromatiques et des structures allant crescendo.

Le principe est le même pour des cépages comme l’Humagne rouge et la Syrah (deux versions pour chaque cépage). Une seule par contre pour le Cornalin. Et toujours des vins qui se boivent, sur la fraîcheur et le fruit, avec une belle structure et des élevages très bien maîtrisés.

Benoît Paris, à gauche, et Patrick Régamey

Benoît Paris, à gauche, et Patrick Régamey

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire