2013: ça s’annonce bien

Goûté, de ci, de là, quelques vins de 2013. Des vins pas encore finis, souvent préfiltrés. Et j’avoue que les surprises sont bonnes…

J’ai notamment dégusté les vins du Domaine de Montzuettes, avec Charles-André Lamon. La gamme est très prometteuse. Quelques exemples. Le Fendant 2013 est plus frais que d’ordinaire dans cette cave. Un vin assez nerveux, citronné, avec aussi une touche de poire et une très belle minéralité en finale. Le Johannisberg fait preuve d’un bel équilibre entre fraîcheur et gras. Du fruit et une belle note de pâte d’amande.

Coup de coeur côté blanc, l’Humagne blanche avec une dominante de poire william, de la fraîcheur, de la puissance en bouche et une touche de résine qui lui donne une grande personnalité.  A ce stade, la Petite arvine était plus dure à goûter. Mais le vin s’annonce vif et nerveux, sur les agrumes, avec une jolie salinité.

Les rouges ensuite. Comme toujours – et peut-être même un peu plus cette année de faible récolte – Charles-André Lamon présente des vins très concentrés et denses. C’est le cas de l’Humagne rouge 2013, un vin intense, avec des notes de fruits noirs, de réglisse et une touche d’écorce de chêne. Beaux tannins bien présents.

Le Cornalin 2013, avec sa robe pourpre tirant sur le noir, est d’emblée très séduisant. Cerise noire, herbes aromatiques, réglisse. Avec une certaine fraîcheur et un joli dynamisme en fin de bouche. Concentré ? Pas étonnant, avec un rendement de 2,5 dl au mètre carré.

Son alter ego, le Cornalin Clos de Montzuettes 2013 est du même acabit, mais pas du même tonneau. Des notes empyreumatiques en plus, un surcroît de puissance et de concentration en sus. Si c’était possible ! Bref , un rude gaillard qui a bien intégré la barrique.

Reste pour ce millésime 2013 la Syrah Clos de Montzuettes. On reste dans la ligne. Puissance, concentration, fruits mûrs et épices.

Seul défaut évident de ce millésime 2013: les quantités assez ridicules encavées par Charles-André Lamon: au total 6000 litres pour 25’000 mètres carrés. Faites le calcul. Il n’y en aura pas pour tout le monde.

Lamon Ch-A 140313-03pt

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire