Maladresse ou provocation ?

Je n’ai rien contre Charles-Albert Fumeaux (photo). Bien au contraire. J’ai toujours eu de bons contacts avec lui qui est d’un commerce agréable. J’estime par ailleurs qu’il a fait de l’excellent travail chez Les Fils Maye. Ceci pour qu’on comprenne bien que ce n’est pas une histoire de personnes.

flappy dégustation

Cela dit, je m’étonne, dans le contexte actuel de le retrouver comme nouveau représentant du GENI (Groupement des encaveurs négociants indépendants) à la Commission Qualité de l’Interprofession de la vigne et du vin.  Dans le contexte actuel, cela confine (mot choisi) soit à la maladresse, soit à la provocation. Car Charles-Albert Fumeaux est aussi le nouveau patron de Château Constellation (voir article concernant cette société).

Au vu des affaires peu glorieuses qui concernent la Cave Giroud, je trouve personnellement choquant que les autres membres du GENI aient choisi de présenter le Président de Château Constellation SA pour une commission censée assurer la Qualité des vins du Valais. Et je suis tout aussi choqué que l’IVV, tellement virulente lorsqu’il a fallu dénoncer Dominique Giroud, ait accepté sans broncher cette candidature et que son président ait déclaré à la journaliste de Canal9 qui l’interrogeait qu’il « accepte cette candidature avec plaisir ».

A mon sens, cette présence à la Commission Qualité ne contribuera pas à donner  une image positive du Valais vitivinicole.  Elle accréditera l’idée que notre canton est une république des petits copains, que l’on dénonce d’une voix forte avec les sourcils froncés, et avec qui l’on trinque juste après en riant à gorge déployée de ceux qui y ont cru.

NB1. Il semble que l’IVV n’ait pas d’autre choix que d’accepter la présence du représentant désigné par le GENI, que cela soit maladroit ou provocateur. Mais s’il vous plaît, qu’on précise au moins qu’on n’a pas accepté cette désignation « avec plaisir ».

 NB2. Cette fameuse Commission Qualité est celle qui se bat pour que l’on accorde le droit d’édulcorer les vins avant la mise en bouteille, en utilisant le fameux MCR (Moût concentré rectifié), un sirop de raisin censé bonifier le vin.  Cela pour nous permettre de concurrencer les vins venus d’ailleurs. Vive le Coca-Cola ! 

 

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.

2 Responses to “Maladresse ou provocation ?”

  1. RS | 18 avril 2014 at 9 h 16 min #

    Le Valais ne changera jamais !!

Laisser un commentaire