Le vin de la semaine: Johannisberg 2013, Guy Berclaz

Un encaveur discret, mais talentueux. Guy Berclaz (Cave de la Crettaz à Venthône), vinifie à cette enseigne dès 1987. Une petite exploitation, mais une belle gamme de vins de qualité. Dans le lot, le Johannisberg, que l’encaveur définit volontiers comme le coq de la cave. Mais on pourrait aussi parler de la Petite Arvine ou de l’Humagne blanche, pour rester dans la même couleur. Bref, dégustez par le texte et l’image, puis écoutez les commentaires de l’oenologue cantonale Corinne Clavien, qui a apprécié…

Voici le texte du sujet…

Avec ses 242 ha, le Johannisberg – aussi appelé Rhin ou Sylvaner – est le deuxième cépage blanc du canton. Et c’est du même coup la spécialité la plus plantée dans le canton.

Guy Berclaz, de la Cave de la Crettaz à Venthône, en cultive 2000 mètres carrés, dans deux parcelles situées sur le coteau de Venthône. Les ceps taillés en gobelet de la plus ancienne parcelle ont largement plus de 40 ans. Guy Berclaz récolte son Johannisberg à belle maturité, 98° Oechslé pour ce 2013, un millésime très chiche avec ses 700 grammes au mètre carré.

Vendangées à des dates différentes, les récoltes des deux parcelles sont vinifiées séparément et sont assemblées après la fermentation alcoolique. Et c’est dans la même cuve qu’ils font leur deuxième fermentation. La vinification est donc classique, avec toutefois un travail sur les lies.

Guy Berclaz est fier de son Johannisberg. “C’est chaque année le coq de la cave, car j’ai toujours eu de vieilles vignes avec de petits rendements”, explique-t-il, lui qui apprécie particulièrement le Johannis à l’heure de l’apéritif…

Johannis berclaz

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.
No comments yet.

Laisser un commentaire