Bruxelles: vignerons contre négociants

A Bruxelles, le débat sur la libéralisation du secteur vitivinicole fait rage.  Un débat qui oppose les vignerons défenseurs des AOC est les négociants  qui prônent dans les faits une industrialisation du secteur. Le Monde consacre un article édifiant à ce sujet . En voici quelques extraits relatifs aux propositions en cours…

Sucette-bouteille-coca-detail » Ce nouveau régime doit permettre de développer en France un vignoble destiné à produire du vin sans indication géographique (IG), « du vin de marque », ce qui n’est pas autorisé pour l’heure. Une position défendue par l’Association nationale interprofessionnelle des vins de France qui regroupe Castel, Grands Chais de France ou la grande distribution. Elle est partagée par l’Union des maisons et marques de vin qui dénonce le « déclin de la filière vin » et demande « une remise à plat du système français », arguant que la production a baissé de 22 % en douze ans. »

« Les vignerons défendent eux, le système des AOC et des indications géographiques. Ce lien au terroir permet à la France de dominer le classement mondial des exportateurs de vins, avec un total de 7,8 milliards d’euros en 2013.Or, comme le souligne Christian Paly, président d’InterRhône « il y a un risque de déstabilisation si des vignes sans indication géographique sont plantées dans les zones d’AOC ». En clair, les détenteurs d’autorisation pour du vin sans IG pourraient ensuite revendiquer l’appellation. »

Vins de terroirs, d’appellations, vins d’artisans aussi, contre vins industriels découplé de la notion d’origine: pas besoin d’aller à Bruxelles pour assister à un débat de ce genre.

Pour lire l’intégralité de l’article, suivre ce lien vers le Monde.

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.
No comments yet.

Laisser un commentaire