Giroud et l’IVV: transparence ou évanescence

J’ai donné aujourd’hui un coup de main à un collègue chargé de recueillir des réactions au sein de la profession sur l’affaire Giroud, et particulièrement sur les nominés de la RTS, les fameux « bip ». Avec une priorité aux caves membres du GENI, que le Temps a subtilement désignés comme de possibles coupables… Mais aussi les caves que la rumeur place dans la charrette des condamnés pour diverses bonnes ou mauvaises raisons.

A l’interne de l’IVV, on m’avait dit que – en tout cas pour ces derniers – il n’y aurait pas de difficultés puisque la transparence était désormais le mot-clé. Et bien, la transparence, c’est opaque, pardon, c’est aux Pâques, ou à la Trinité, qu’on en verra l’absence de couleur. Parmi les gens contactés, deux habitués: Claude Crittin, le président de la SEVV, toujours partant et on le remercie. Paulan Roux, président de l’IVV qui s’y colle lui aussi plus souvent qu’à son tour. Pour le reste, un seul nouveau visage dans la lucarne: Frédéric Rouvinez qui, on a pu le constater, a compris ce que communiquer veut dire. Et qui sait que se cacher ne peut qu’accréditer de faux bruits.

Pour le reste, quelques personnes qui veulent bien clamer leur innocence, mais surtout pas face à une caméra et un micro. Allez savoir pourquoi, s’ils n’ont rien à se reprocher. Et les autres encore, qui ne décrochent même plus leur téléphone ou qui dégagent chez le copain d’en face avant même qu’on ait pu décliner notre identité.

N’allez pas croire que je désigne coupables tous ceux qui ne nous ont pas répondu. Non, par contre, je pense que beaucoup n’ont encore pas bien compris ce que communiquer veut dire. Ne vaut-il pas mieux tuer la rumeur que de la laisser courir ? Certains semblent penser qu’en la laissant courir, elle finira bien par s’éloigner.

Bref, durant ce marathon téléphonique, on a tout de même appris (mais pas nécessairement vérifié) …

– que Cédric Flaction n’était pas très chaud pour la publication du communiqué de presse de vendredi.
– que Provins a repris ses comptes, tout épluché jusqu’à 2001, sans rien trouver de répréhensible.
– que contrairement à la rumeur, chez Provins, le récent changement de direction n’a rien à voir avec l’affaire Giroud.
– que selon Léo Farquet, nouveau propriétaire de feu la Cave Taillefer des frères Orsat, celle-ci ne figure pas dans les « bip »
– que les Rouvinez (Orsat) ont la conscience tranquille et qu’ils ne craignent pas de le dire face caméra.
– que des marchés, particulièrement dans la restauration, sont régulièrement perdus à cause des affaires Giroud.

Pas grand chose, en somme, dans un monde où règne la transparence. On parlera plutôt d’évanescence. Une rime, c’est toujours ça.

Pour voir le sujet de canal9

Et merci encore à ceux qui ont osé affronter la caméra et le micro de Canal9.

 

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire