Saillon: la nature chouchoutée dans le vignoble

Depuis ce matin, Saillon est le premier réseau agro-environnemental viticole de Suisse. Derrière cette appellation, une idée assez simple qu’explique Stéphane Pillet, le patron du bureau d’ingénieur chargé de l’étude de terrain: « “L’idée,  c’est que lorsqu’on a des milieux naturels, dans les vignes, ici à Saillon, et on va essayer d’en créer d’autres, des milieux intermédiaires, de manière à permettre d’autres déplacement faciles de la faune et de la flore.”  Autrement dit, de planter ça et là des bosquets, de conserver parfois des vignes enherbées, d’éviter les traitements des bandes au bord des vignes ou de protéger les murs de vignes des produits phyto-sanitaires.

Moteur de l’opération, Angelin Thétaz, vigneron-encaveur. « Il y a eu de nombreux passionnés dans cette démarche. Ils ont tous contribué au dynamisme de ce mouvement », tempère-t-il avec modestie. En 2013, la richesse de la  flore et de la faune locale a été inventoriée par le bureau BTEE. « Nous avons d’abord évalué le potentiel écologique et la faisabilité du projet. Puis nous avons défini la zone intéressante, et ensuite dressé l’inventaire des espèces cibles prioritaires et caractéristiques selon leur présence actuelle, leur degré de rareté et leur risque de disparition », explique Stéphane Pillet. Au final, 5 espèces d’oiseaux, huit d’insectes, deux reptiles et six plantes sont choisies dans le projet et seront particulièrement chouchoutées. Au total, 28 vignerons se sont engagés à maintenir cette biodiversité. 28 vignerons qui travaillent 70% des surfaces du périmètre déterminé.

saillon photoPour ces vignerons, ce sont des contraintes supplémentaires pour préserver la nature dans les vaques – ces espaces incultes – sur les talus ou dans les bosquets. Voire dans les vignes pour ceux qui sont tentés par l’enherbement. Pour quel profit ? Ceux-là sont de plusieurs ordres. Il y a des paiements directs à la clé (1000 francs à l’hectare) pour les zones cataloguées surfaces de promotion de la biodiversité. Une préservation de leur outil de travail, aussi. Mais c’est surtout une question d’image pour les gens du lieux. Sans compter les bénéfices impossibles à quantifier mais bien réels, de mener à bien en groupe un projet commun d’envergure.

Les espèces prioritaires du réseau de Saillon
Oiseaux: alouette lulu, Bruant fou, Bruant zizi, Huppe fasciée, Linotte mélodieuse
Papillons: Grand Appolon, Azuré du baguenaudier, Flambé, Grisette, Petit nacré
Autres insectes: Criquet italien, Decticelle chagrinée, Oedipode à ailes rouges
Reptiles: Coronelle lisse, Lézard vert
Plantes: Bardanette racémeuse, Bugrane naine, Caucalis à fruits larges, Gesse tubéreuse, Népéta chataire, Pavot argemone.

 Photo: gerardraymond.ch

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire