Cuvée Electus de Provins

Ils l’ont dit, ils l’ont fait. Hier soir, Provins a présenté à la presse sa Cuvée Electus. Ou plutôt la Cuvée Electus de Valais Mundi, sa société fille créée pour ce vin. Une société basée au Castel d’Uvrier, sur la commune d’Ayent.

Electus, c’est un vin de luxe, une bouteille vendue 190 francs. Avec une production non négligeable de « 500 caisses par continent ». Donc, si vous faites le compte, un total de 30’000 flacons. Des bouteilles commercialisées de préférence en caisses de 6 ou 12 bouteilles, mais qu’il sera quand même possible d’acquérir à l’unité. Les curieux moins fortunés vous en remercient.

Electus 1

Electus, c’est aussi une sélection des meilleurs parchets de plusieurs cépages rouges. Chaque année, le meilleur du meilleur sera utilisé pour cet assemblage. Pour ce premier millésime commercialisé, le 2010, on a utilisé de l’Humagne rouge, du Cornalin, du Diolinoir, du Cabernet sauvignon et du Merlot. On pourra aussi trouver dans d’autres millésimes du Cabernet franc et/ou de la Syrah.

Ce premier millésime est sans conteste une belle réussite. Un vin solide, équilibré, digeste. Avec des fruits noirs et des épices. Un élevage sous bois (18 mois avec 80% de bois neuf) parfaitement maîtrisé. Un vin qui aura sans doute une très belle capacité de garde, mais qui se déguste déjà très bien.

 

A voir ci-dessus le sujet de Canal9.

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.

15 Responses to “Cuvée Electus de Provins”

  1. Rausis Christian | 21 juin 2014 at 16 h 23 min #

    Plutôt cher comme rêve !
    Etonnant qu’il n’y ait pas de syrah dans le 2010. Si on a l’ambition de faire le plus grand vin du valais, il me semble que le cabernet et le merlot passent après la syrah. Evidemment si l’on veut se plier au goûts internationaux !
    Je me « contenterai » des syrahs et cornalins de Denis Mercier, Claudy Clavien, Simon Maye, CHARLES-ANDRE LAMON, Marie-Bernard Gillioz et Cie qui sont des vins magnifiques et ont des prix raisonnables vu leur qualité très élevée.

  2. Solliard Serge Savièse | 6 juillet 2014 at 20 h 17 min #

    J’ai eu l’occasion samedi 5 juillet de déguster Electus 2010 lors de l’anniversaire des 80 ans de mon père Raymond vigneron-encaveur depuis 1972. Les 20 membres de la famille ont eu chacun droit à leur verre et ont apprécié différemment.Les plus jeunes l’ont trouvé un peu fort et pas assez coulant et les plus agés ont été impressioné par la complexité de ce vin en comparaison avec notre assemblage Fût de Chêne Les Roches Brûlées 2012.Oenologue depuis plus de 30 ans, j’ai trouvé ce vin presque parfait doté d’une belle robe sombre, des arômes de mocca, de fruits rouges, de menthe et un bouquet complexe et très dense. Au palais les tannins sont souples et puissants avec un très bon équilibre. Vin un peu jeune en devenir avec grand potentiel de garde.

    Bravo aux dirigeants de Provins et à leurs oenologues d’avoir osé ce vin avec des cépages plantés en Valais. Avec Electus, la preuve est faite que le Valais peut rivaliser avec les plus grands crus bordelais, piémontais ou espagnols.

    • Paul Vetter | 6 juillet 2014 at 20 h 27 min #

      Merci d’avoir fait partager vos impressions. Et je partage pour l’essentiel votre jugement.

  3. Rausis Christian | 8 juillet 2014 at 13 h 34 min #

    « Avec Electus, la preuve est faite que le Valais peut rivaliser avec les plus grands crus bordelais, piémontais ou espagnols. »

    D’autres vins valaisans beaucoup moins chers ont déjà fait leur preuve. De toute façon il y aura toujours des snobs qui débourseront des centaines de francs pour une bouteille de vin, ce que je trouve parfaitement ridicule. Mais tant mieux pour les autres, car on peut toujours trouver de grands vins à des prix décents.

    • Alexandre | 30 août 2014 at 18 h 27 min #

      Mon très Cher cousin, Cher Christian.
      J’ai eu l’occasion de le déguster.
      c’est un vin propre, bien vinifié mais malheureusement sans âme ….

      Par exemple, la nous sommes en train de déguster le cornalin de ch André Lamon….. L’âme y est, la vinification est parfaite juste splendide….

      Merci cousin

  4. Rausis Christian | 8 septembre 2014 at 13 h 10 min #

    Je n’ai pas eu le privilège de déguster la cuvée Electus et vu son prix prohibitif, ce n’est pas demain que cela va se faire. Evidemment, je ne saurais refuser une invitation.
    Ceci dit je voudrais juste rajouter que c’était le cornalin Clos des Montzuettes 2011que je t’avais fait déguster à l’aveugle. Il est vinifié en fût mais le bois est magnifiquement marié avec les fruits frais, genre myrtilles, cerises… Le cornalin en cuve est également remarquable.

    • Rausis Christian | 12 octobre 2014 at 0 h 09 min #

      Et bien j’ai eu la chance de déguster cette cuvée à l’aveugle grâce à Loris Lathion, chef du Mont-Rouge et passionné de vin. Madame et moi l’ont bien apprécié. Il nous a évoqué un très bon Bordeaux ou Super Toscan avec des notes épicées, des tannins soyeux, un vin élégant, racé, des arômes de torréfaction qui cachent un peu les fruits.
      Il s’est bien marié avec l’excellente chasse du pays http://www.mont-rouge.ch/fr/news .
      Par contre le prix est rédhibitoire. J’ai plus d’émotion avec un grand cornalin au fruité éclatant qui coûte 5 fois moins cher.

      • Paul Vetter | 12 octobre 2014 at 16 h 46 min #

        Merci pour cette suggestion. Si d’autres te viennent à l’esprit (ou à la bouche), n’hésite pas… Et pour les autres, n’hésitez pas.

      • Alfredo | 27 octobre 2014 at 21 h 44 min #

        Si ce vin vous paraît trop cher, vous n’êtes ni obligé de l’acheter et encore moins de le boire.

  5. darbellay | 28 décembre 2014 at 10 h 26 min #

    Déguster l’ ELECTUS avec Samuel Panchard … Un grand Moment d’émotion!
    J’ai déjà dit tout le bien que je pensais pour Provins d’élaborer un vin « haut de gamme » et « haut de prix » ! de classe mondiale.
    Une dégustation en compagnie de Samuel Panchard m’en a convaincu. Cet oenologue de grande classe, initiateur de l’ELECTUS et qui en a assumé tous les stades de développement, de la sélection des parcelles en passant par la vinification et aujourd’hui, grâce à ses talents de communicateur, sa promotion
    Avec son look à la Bob Foley, Samuel Panchard est digne des célèbres « winmaker » californiens et l’ELECTUS aussi.

  6. darbellay | 31 décembre 2014 at 7 h 19 min #

    de l’ELECTUS … « j’ai mis en garde Provins »
    Heureusement, grâce aux conseils avisés de « l’ampélologue » Provins a changé sa stratégie commerciale ! La changera-t-elle encore sur le plan technique en suivant ses précieux conseils en bouchant les prestigieuses bouteilles d’ELECTUS avec des bouchons à vis ?
    Arthur Darbellay

    • José Vouillamoz | 9 janvier 2015 at 9 h 34 min #

      « L’ampélologue » en serait ravi, qu’ils utilisent une capsule à vis ou un Vinolok en verre, et les acheteurs d’Electus aussi, assurés qu’ils seraient de ne pas avoir une bouteille si prestigieuse entachée d’un goût de bouchon dû à un système de bouchage archaïque. J’ai le même avis sur les Pétrus, Lafite et autres (d’ailleurs Château Margaux expérimente la vis sur quelques centaines de bouteilles depuis plusieurs années).
      Cordialement
      José Vouillamoz

  7. darbellay | 10 janvier 2015 at 8 h 31 min #

    ouais .. et pourquoi pas le vinobox tant qu’on y est ?
    « l’ampélologue » en serait ravi certes, mais ce serait encore plus intéressant de connaître l’avis, s’ils sont ravis, ceux qui mettent 200 balles pour la bouteille.
    Amicalement
    Arthur Darbellay

    • José Vouillamoz | 16 janvier 2015 at 15 h 47 min #

      Je vous signale que mon avis sur la capsule à vis est partagé par un nombre grandissant de professionnels, comme le meilleur sommelier du monde Gérard Basset http://www.terredevins.com/actualites/lirresistible-ascension-de-la-capsule-vis/, et pour information sachez que je fais partie de ceux qui ont mis 190.- pour la bouteille d’Electus, donc mon avis est tout à fait légitime dans le cas présent, et je l’achèterais encore plus volontiers si elle était bouchée avec une capsule à vis!
      Cordialement
      José Vouillamoz

  8. darbellay | 17 janvier 2015 at 14 h 14 min #

    Ouf .. on a échappé à la boite de conserve ! Je ne conteste nullement la légitimité de votre avis ni celui de Basset ( liberté d’expression).
    Je mets ça sur le dos d’une dérive hygiéniste radicale.
    Amicalement
    Arthur Darbellay
    ps. c’est sûr que pour les sommeliers ( et sommelières) le débouchage des vis est plus pratique, nous l’avions déjà remarqué lors de son introduction dans les années 80, pour les vins de fêtes…

Laisser un commentaire