About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.

3 Responses to “Electus: les interviews”

  1. Darbellay | 28 juin 2014 at 20 h 12 min #

    D’abord félicitations à Provins pour son audace de lancer ELECTUS un vin de classe internationale. Quant au prix je ne partage pas l’avis qu’il soit trop élevé, c’est le prix des vins prétendant lutter dans cette catégorie. A titre d’exemple les vins de Bob Foley (d’origine valaisanne par sa mère) célèbre « winemaker » de la Napa Valley vend ses vins en Suisse à plus de 200.- la bouteille.
    Cependant l’étiquette « kaléidoscopique » ne m’inspire rien du tout, la raison sociale « Valais Mundi  » encore moins. Si l’on veut en faire une locomotive pour Provins il y aurait lieu de la placer devant les wagons.
    Mais le pompon c’est l’adresse : Ayent (Suisse) , pourquoi n’aurait-on pas mis Charrat tant que l’on était en train!
    Bon succès à ELECTUS

  2. Darbellay | 28 juin 2014 at 20 h 27 min #

    Un grand soulagement cependant, dans son interview l’œnologue-conseil Monsieur Nicolas Vivas venu du bordelais nous confirme que ( ELECTUS)  » On l’a fait avec du raisin » ouf!

  3. Crettaz | 30 juin 2014 at 9 h 29 min #

    La démarche visant à la création d’un vin haut de gamme
    pour le Valais me paraît tout à fait intéressante tant il est
    vrai que la qualité de nos vins, dans leur jeunesse (en tous cas)
    peut soutenir une comparaison internationale.
    Pour ce faire, le rendement est une composante prépondérante
    à la qualité et l’équipe d’Electus l’a certainement bien compris.

    Je me permets rarement de réagir ici. En effet, (merci M. Vetter)
    la pertinence de vos investigations viti-vinicoles et la qualité
    de votre plume suffisent à ce que je passe un agréable moment.

    Cependant, je ne peux pas laisser sous silence, les vues d’esprit
    quelques peut étroites de lecteurs se prévalant de leur droit de commenter
    et de donner un avis (peu fécond) sur tout et son contraire.

    Est-ce bien pertinent et utile de donner son goût sur la qualité graphique d’une étiquette ?
    Est-ce bien pertinent et utile de s’interroger sur la localité dans laquelle la société Valais Mundi
    a décidé de s’établir, et ce, en prétextant que la qualité de ces crus ne serait pas à la hauteur de ce projet ?

    Franchement… si le Valais entend sortir de son cocon, il importerait que ces esprits critiques sortent
    de leur nombrilisme habituel et pense grand (think big). Ce cru n’a pas été dessiné et n’est pas destiné à leur échelle.
    Il s’agit d’une démarche internationale pour laquelle LE Valais dans son intégralité est mis en avant et
    NON une commune (quelque soit la réputation de ses crus) .

    Allons … ce genre de réaction me fait dire que les esprits chagrins et moqueurs
    sont encore légion et que le succès espéré de cette démarche leur feront ravaler
    leur considérations aussi simplistes qu’inutiles au besoin de la cause.

    A bon entendeur, SALUT.

    R. Crettaz

Répondre à Darbellay Click here to cancel reply.