A comme Arvine (1)

Oui, A comme Arvine, puisqu’on part du principe que Petite Arvine est l’appellation valaisanne du vin issu du cépage Arvine. Voilà qui est écrit!

La production valaisanne
1,348 millions de kilos d’Arvine ont été récoltés aux vendanges 2013. Ce qui a permis d’encaver 1,079 millions de litres (rendement de 0,8 dl/kg) de Petite Arvine. Du raisin récolté à 95,7° Oechslé de moyenne. C’est là en quelques chiffres la production valaisanne 2013 de Petite Arvine. On le rappelle, 2013 a été une année très chiche. En comparaison, la récolte 2012 était supérieure de près de 200’000 litres.
En termes de surface, un constat étonnant. Pour la première fois depuis de très longues années, la surface dédiée à l’Arvine est en baisse. Certes très légère, mais en baisse quand même, passant de 165,7 ha à 164,9 ha. Une baisse qui se chiffre très précisément à 7’531 mètres carrés.
C’est sur la Commune de Sion qu’on encave la plus grande quantité d’Arvine (180’000 litres), devant Fully (134’000 litres), Chamoson (106’000 litres) et Sierre (105’000 litres).

ArvineOrigine et répartition
Les recherches sur l’ADN des cépages menées par José Vouillamoz n’ont pas permis de découvrir les parents de l’Arvine. Par contre, on lui a trouvé de vagues cousinages qui « laissent supposer que l’Arvine aurait de lointains ancêtres en Valais, au Val d’Aoste, en Savoie et au Nord-Est de la France ». Le chercheur a aussi établi que l’Arvine était vraisemblablement  la grand-mère de la Grosse Arvine, un cépage qu’on trouvait autrefois dans la région de Martigny, aujourd’hui quasiment disparu.
En Valais, la première mention de l’Arvine date de 1602. Elle poussait alors dans le vignoble de Molignon, près de Sion. Toutes les mentions les plus anciennes concernent des vignes du Valais central, autour de Sion.
L’Arvine n’est cultivée qu’en Valais et à plus petite échelle, dans le Val d’Aoste. Mais on sait que des producteurs d’autres vignobles suisses et d’autres régions d’Europe (Italie, Vallée du Rhône) tentent quelques essais, mais cela reste à très petite échelle.

Le vin… ou plutôt, les vins
Oui, les vins, car la Petite Arvine réussit aussi bien en vin sec qu’en surmaturé où sa fraîcheur contribue à l’équilibre avec la sucrosité.
Quelles sont les caractéristiques d’une Petite Arvine typée. Son équilibre grâce à une belle acidité, d’abord. Sa richesse aromatique ensuite. On y trouve généralement des arômes d’agrumes (pamplemousse, citron), des notes florales de glycine, de la rhubarbe cuite et parfois des fruits plus exotiques. Ces caractéristiques ne sont pas toujours présentes ensemble, mais ce sont là les marqueurs de l’Arvine. Ajoutons-y la note saline et le tableau sera plus ou moins complet.

(à suivre)

 

 

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.
No comments yet.

Laisser un commentaire