Drosophile suzukii : reportage

Voici ci-dessus, le reportage de mon collègue Samuel Bonvin de Canal9. Vous y verrez la coupable et Didier Joris vous parlera des soins que cela implique dans ses vignes.

Traitement à l'argile.

Traitement à l’argile.

Source: www.enetpress.com

Source: www.enetpress.com

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.

5 Responses to “Drosophile suzukii : reportage”

  1. darbellay | 23 septembre 2014 at 8 h 03 min #

    Dans les années 90 une terrasse de vigne située près de la ferme de Châteauneuf était régulièrement attaquée par les guêpes, ces piqûres servaient de porte d’entrée aux mouches du vinaigre, la drosophile ordinaire.
    Le caviste cantonal de l’époque Monsieur Claude-Alain Putallaz nous livre le fruit de son expérience :
    Il est vrai que dans les années 90 des attaques répétées de guêpes, suivies d’invasion de drosophiles communse ont été constatées.
    Le problème premier était la guêpe car elle pique le grain de raisin, et là nous avons une porte d’entrée pour la pourriture et la drosophile commune.
    Nous avions testé divers insecticides, sans grand succès. En dernier recours nous avions testé des filets de maraîchage avec des mailles très fines. Mais le succès n’a pas été très convainquant.
    La solution finale a été un tri très sévère lors des vendanges. ( une journée pour vendanger la 1ère terrasse ) le raisin arrivant à la cave était impeccable.

    En ce qui concerne le travail à la cave , un éventuel traitement au charbon désodorisant éliminait tous les risques de piqure.

    • annuaire suisse | 23 septembre 2014 at 13 h 03 min #

      Vous avez bien agi!

      • darbellay | 27 septembre 2014 at 9 h 52 min #

        MOUCHE SUZUKII : NE TIREZ PAS SUR LE PIANISTE !
        D’après le Nouvelliste du 25 septembre 2014 “plusieurs vignerons ont pointé du doigt l’Office cantonal de la viticulture qui aurait tardé à informer sur les dangers de la mouche“.
        Avec Yvan Aymon je ne partage pas ce point de vue. En tant que membre actif de Vitival je puis affirmer que M. Stéphane Emery nous a informé à plusieurs reprises, en 2013 déjà, de l’imminence du danger.
        La problématique me semble ailleurs, la Drosophile suzukii n’est pas un parasite spécifique à la vigne. Insecte polyphage il s’attaque aussi bien aux fruits qu’au raisin.
        Une approche uniquement sectorielle du problème me paraît insuffisante. A problème global solution globale. Seule une véritable « station cantonale de protection des plantes » serait à mon avis à même de cerner la question. Elle aurait pu suivre l‘évolution du parasite sur la cerise, sur les fraises et autres fruits rouges et préparer la parade avant de se retrouver, comme la cigale, fort dépourvu l’automne venu.
        Arthur Darbellay

        • Paul | 27 septembre 2014 at 20 h 36 min #

          Parfaitement d’accord avec vous.
          Et merci pour l’envoi…

Trackbacks/Pingbacks

  1. Drosophile Suzukii: nouveau fléau viticole : RomanDuVin.ch - 18 septembre 2014

    […] septembre 2014 Reportage de Samuel Bonvin de Canal 9  dans lequel Didier Joris estime que les pertes se monteront à 10 à 15% de la […]

Laisser un commentaire