Abécédaire des cépages: le Cornalin (2)

Suite du chapitre de l’abécédaire des cépages présents en Valais consacré au Cornalin… du Valais.

Cornalin 140913-05ptLa vigne – Le Cornalin est un cépage vigoureux au port semi-étalé. Son potentiel de production est assez élevé, mais de manière très irrégulière. Cette alternance entre forte et faible récolte nécessite une bonne connaissance du cépage pour être maîtrisée. Peu fertile sur les yeux de base, le Cornalin necessite une taille longue.
Question faiblesses, le Cornalin est bien servi. Il est très sensible à la carence en magnésium (les feuilles rougissent dès l’approche des vendanges ce qui nuit à la photosynthèse). Mais il est aussi sensible (attention à cet inventaire à la Prévert!) à l’oïdium, à la pourriture grise, aux coups de soleil sur les grappes, au dessèchement de la rafle, au folletage des grappes. Ce cépage apprécie les climats secs et chauds et il faut lui réserver des sols maigres et très bien drainés.
Le Cornalin possède une feuille pentagonale avec 3 à 5 lobes d’un vert plutôt clair. La face supérieure de la jeune feuille est légèrement bronzée. Quant à la grappe, de longueur moyenne, elle est compacte et cylindrique avec une ou deux ailes. La baie est petite et plutôt sphérique, avec une belle couleur bleu-noir.

Pour en savoir plus, en suivant ce lien, découvrez 6 encaveurs spécialistes du Cornalin qui vous le décrivent à la vigne. Il s’agit d’une vidéo présentée à la Maison des Cornalins à Flanthey. Visite conseillée.

Le vin – Cultivé par des gens compétents, le Cornalin est un vin remarquable. Un vin corsé au bouquet marqué par les fruits (cerise noire, griotte) et les épices.  Un vin qui se caractérise aussi par une très belle acidité  et des tannins bien présents.  Le tout avec quelques notes un peu rustiques voire sauvages. La robe est très profonde avec des reflets pourpres et violacés.
Lorsque la maturité est au rendez-vous et que les rendements sont très bien maîtrisés (aux alentours de 600 g/m2, s’il faut donner un chiffre), le Cornalin profite de l’élevage en barrique. D’autant plus qu’il a une tendance à la réduction.
En général, le Cornalin – surtout les belles années – est un vin de garde qui tient aisément une dizaine d’années dans de bonnes conditions.

Pour en savoir plus, en suivant ce lien, découvrez 6 encaveurs spécialistes du Cornalin qui vous le décrivent à la cave. Il s’agit d’une vidéo présentée à la Maison des Cornalins à Flanthey. Visite conseillée.

Les Cornalins à goûterJe vous propose d’abord la liste des Cornalins médaillés d’or lors des deux sessions des Sélections des vins du Valais.
Cornalin 2013, Défayes-Crettenand à Leytron
Cornalin Cuvée des Empereurs 2013 Cave la Romaine à Flanthey
Cornalin Domaine de St-Théodule 2012, Gérald et Patricia Besse à Martigny-Combe
Cornalin 2013, Domaine du Grand-Brûlé, Etat du Valais
Cornalin Marc-André 2013, Cave Rémy Cina à Salquenen
Cornalin Réserve des Administrateurs 2013, Cave St-Pierre à Chamoson
Cornalin 2012, Jean-Marie Pont à Muraz/Sierre
Cornalin de Vétroz 2013, Cave du Vieux-Moulin, Famille Papilloud à Vétroz
Cornalin Les Coteaux de Sierre 2013, Cave Sinclair à Loc

Clavien 5

Claudy Clavien

Je vous propose ensuite la liste des médaillés d’or du Grand Prix du Vin Suisse
Cornalin 2012, Adrian et Diego Mathier à Salquenen
Cornalin Collection F 2011, Les Fils de Charles Favre à Sion
Cornalin Combe d’Enfer 2011, Alexandre Delétraz, Cave des Amandiers à Saillon
Cornalin de Fully 2011, Alexandre Delétraz, Cave des Amandiers à Saillon
Cornalin de Sion 2012, Cave Ste-Anne à Sion
Cornalin les Coteaux de Sierre 2013, Claudy Clavien, Cave des Champs à Miège
Cornalin Perles du Valais 2013, Robert Gilliard SA à Sion

Outre ces caves, voici quelques caves dont j’apprécie le(s) Cornalin(s) mais qui ne les présentent pas nécessairement dans les concours.
Maurice Zufferey à Muraz/Sierre
Denis Mercier à Sierre
Philippe Darioli à Martigny
Nicolas Zufferey à Sierre
Gérard Raymond à Saillon
Yvon Roduit à Fully
Yvon Cheseaux à Saillon
Charles-André Lamon (Domaine des Montzuettes) à Flanthey
Marie-Bernard Gillioz-Praz à Grimisuat
Robert Taramarcaz à Sierre
Gilbert Devayes à Leytron
Thierry Constantin à Pont-de-la-Morge
Jacques Clavien (Cave de la Pierre) à Venthône

Comme toujours, cette liste n’est pas exhaustive. J’en oublie sûrement quelques-uns.

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire