Grand Cru de Sierre: bientôt bon

C’était un peu l’Arlésienne. Mais cette fois, c’est presque bon. Le dossier Sierre Grand Cru a franchi une étape décisive avec l’adoption du règlement, hier soir, par le Conseil général de la ville. Avec pour particularité d’être un Grand Cru régional plutôt que communal, Sierre Grand Cru a mis presque 10 ans pour voir le jour. Sierre avait déjà accepté le règlement, voici quelques années. Mais entre temps, les règles ont changé, d’où la nouvelle décision d’hier soir.

Voici le communiqué de presse de Sierre Grand Cru.

Une étape cruciale a été franchie, les premières bouteilles pourraient être mises en vente en 2017

La région de Sierre est fière de ses grands crus et le fait savoir. Au terme d’années de travail acharné, les membres de l’association Sierre Grand Cru touchent au but. En 2017, les consommateurs pourraient découvrir le premier millésime de quatre cépages de haut vol.

Vignoble Les Corles 141116-01-PEn effet, le comité a choisi de délimiter le périmètre de Sierre Grand Cru de la manière suivante: la commune de Sierre et ses voisines Chermignon, Lens, Miège, Montana, Randogne, Venthône et Veyras. Quatre cépages ont été sélectionnés: l’arvine, la marsanne blanche (ermitage), le cornalin du Valais et la syrah (il va de soi que coupages, assemblages ou adjonctions sont interdits, seules les vendanges Grand Cru provenant d’une commune partenaire peuvent être assemblées). Il s’agit de cépages à maturité tardive (3e époque). Ce n’est pas le choix de la facilité, mais les spécialistes consultés estiment que la région sierroise s’y prête bien. En tout, c’est plus d’un million de mètres carrés qui sont concernés par l’appellation Sierre Grand Cru.

En fin d’année 2013, les sept assemblées primaires ont accepté le règlement Sierre Grand Cru. Mercredi 17 décembre 2014, c’est le Conseil général de Sierre qui s’est prononcé en sa faveur, après quelques adaptations légales, permettant ainsi au projet de franchir une étape cruciale.

Désormais, la balle est dans le camp de l’Etat. Une demande d’homologation peut être envisagée. En principe la première vendange concernée par l’appellation Sierre Grand Cru sera celle de 2015. Les encaveurs intéressés par l’aventure pourront s’annoncer auprès des communes partenaires. Il n’est pas nécessaire d’avoir sa raison sociale basée dans l’une des huit communes, seul le lieu de plantation faisant foi. La vigne doit toutefois être âgée de huit ans ou plus, avec une densité de plantation d’au moins 6000 pieds par hectare.

Le financement de Sierre Grand Cru sera assuré en partie par les huit communes au moyen d’un montant forfaitaire annuel. De même, les viticulteurs s’acquitteront d’une taxe (à déterminer) sur chaque bouteille. En contrepartie, les producteurs volontaires profiteront du travail administratif et de promotion de l’association Sierre Grand Cru. Une fois sur les rangs, les producteurs recevront la visite de la commission viticole qui effectuera des contrôles de qualité et de respect des critères viticoles ainsi que l’agrément des parcelles. Ces contrôles systématiques et annuels auront lieu à la mi-juillet et au début septembre.

Il y a fort à parier que cette nouvelle appellation, première de ce type réunissant plusieurs communes, fasse date. Le vin né sous cette appellation devra être bichonné deux ans durant. Ce n’est qu’en 2017 que les amateurs de grands vins pourront acquérir la bouteille caractéristique. Le flacon, de même que le design de l’étiquette seront communs à tous les vins de Sierre Grand Cru. Elles sont imposées par l’Interprofession de la Vigne et du Vin (IVV). On espère produire quelques 30’000 bouteilles Sierre Grand Cru par an.

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire