Franc fort et agriculture

Viticulture et agriculture souffriront aussi de la cherté du franc suisse. Et cela, même si l’exportation de nos produits reste marginale. C’est surtout la baisse du coût des produits étrangers qui inquiète, rendant nos produits moins concurrentiels.

Voir le sujet de mon collègue Yves Balmer et l’analyse du patron de la Migros valaisanne, Max Alter.

Reserve Provins

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire