Renforcer la qualité et la crédibilité de l’AOC

Conférence de presse du Service de l’agriculture ce matin. Objectif: faire le bilan de l’année 2014. Avec de bonnes nouvelles, notamment en ce qui concerne les paiements directs dont le Valais est le principal bénéficiaire. Autre motif de satisfaction, le rendement brut record du secteur arboriculture et cultures maraîchères.

Dans le cadre de cette conférence de presse, Jean-Michel Cina – chef de l’économie valaisanne – a fait le point sur deux thématiques d’importance. Dans le lot, la viticulture. Voici l’intégralité de ses propos concernant ce chapitre.

La viticulture:  Où en sommes-nous dans les différentes démarches en cours?

Jean-Michel Cina

Jean-Michel Cina

En 2014 le Conseil d’Etat avait nommé un groupe de travail interdépartemental avec, comme mission, d’analyser le système de contrôle des vins et de faire les propositions d’amélioration utiles.
L’objectif était clairement de renforcer la qualité et de la crédibilité de l’AOC Valais.
Pour le Conseil d’Etat ce renforcement est une nécessité aussi bien vis-à-vis des consommateurs et que par rapport à l’image du Valais. L’étude d’image réalisée par l’institut Link sur le Valais en 2014 indique clairement que le vin est le produit le plus fortement associé à l’image du Valais. Le vin est un produit touristique. Il est donc impératif que cette image soit irréprochable. Sans quoi il serait inutile que le canton continue à investir 10 mios par an pour la promotion de son image.
Ces propositions du groupe de travail ont été communiquées en novembre dernier et soumises à l’IVV qui les a, sur le principe, globalement acceptées.
Pour piloter et coordonner la mise en œuvre de ces mesures le Conseil d’Etat a ensuite nommé le 16 novembre un groupe de travail rassemblant les 3 départements concernés (contributions et informatique, laboratoire cantonal et agriculture) ainsi que l’IVV.
Ce groupe de travail a avancé sur deux axes :
Le premier axe porte sur la législation cantonale. Deux lois devront être modifiées (la loi cantonale sur l’agriculture et le développement rural et la loi d’application de la loi fédérale sur les denrées alimentaires) ainsi que l’ordonnance sur la vigne et le vin.
Les documents de travail ont été transmis à l’IVV qui doit maintenant définir et préciser ses souhaits de modifications législatives issus de Viti 2020.
Selon le timing prévu une procédure de consultation sera ensuite ouverte durant l’été et jusqu’en automne. La mise en vigueur de ces textes est prévue en début 2016 et s’appliquera pour les vendanges 2016.
Le deuxième axe de travail porte sur l’outil, à savoir la création d’une base de données centralisée de gestion des contrôles et de la traçabilité.
Cet outil répond à un manque relevé par le groupe de travail en 2014, à savoir l’absence de lien systématique entre les données du vignoble et les déclarations d’encavage.
Cet outil est en cours de développement et sera testé durant les vendanges 2015 avec une série de caves pilotes. Il sera ensuite mis en vigueur de manière généralisée pour les vendanges 2016. Cet outil permettra d’alléger toute la partie administrative des contrôles. Il répond également aux  vœux de l’IVV formulés dans le cadre de Viti 2020.
Il s’agit donc d’une réforme de fond de la gestion de la traçabilité des vins du Valais. Ce nouveau système doit donc être préalablement testé lors des vendanges 2015 et coordonné avec la révision législative. C’est pourquoi le nouveau système de contrôle et de traçabilité (législation et outils) sera pleinement effectif pour les vendanges 2016.
Nous aurons assurément l’occasion de revenir sur ce sujet lors de la mise en consultation des projets législatifs. Je peux cependant vous assurer que les travaux avancent rapidement et que la crédibilité et la traçabilité de l’AOC « Vins du Valais » constitue une des priorités du Conseil d’Etat.

A noter aussi que Jean-Michel Cina a évoqué les soutiens – en baisse pour des questions budgétaires – à la profession. La réorientation de ces aides financières s’appuiera sur deux principes:
– le renforcement des soutiens qui entrent directement dans la poche des producteurs:
– la diminution des moyens pour la promotion et les organisations professionnelles agricoles. 

Moins de moyens exigera donc une performance accrue. Pour cela la promotion « devra être plus fortement intégrée et coordonnée avec les actions faites par Valais Wallis Promotion« .
Autrement dit: les soutiens cantonaux versés jusqu’à maintenant aux interprofessions agricoles pour la promotion de leurs produits seront, dès 2016, versés directement à VWP avec mission à cette dernière de coordonner les actions avec les interprofessions concernées.

 

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire