Electus 2011: c’est parti… et bien parti

On ne présente plus le fameux Electus, le vin très haut de gamme de Valais Mundi SA, une filiale de Provins. L’an dernier, on a vécu la saison 1 avec le millésime 2010. Hier soir, j’ai eu le plaisir de déguster l’opus 2, soit le millésime 2011, en vente dès aujourd’hui pour le prix de 150 fr. la bouteille (pour le client privé).

Electus 2010

 

Je ne ferai pas de comparaison avec le 2010 puisque l’an passé, je n’ai que brièvement trempé les lèvres dans ce premier vin. Hier, par contre, j’ai pu le déguster dans de bonnes conditions, avec le recueillement requis. Et j’avoue que j’ai apprécié. La robe est très belle, un grenat foncé, mais sans excès. Le nez est très expressif, avec une pointe de chaleur qui laisse augurer d’une belle maturité et d’une grande concentration.  Ce que la prise en bouche confirme immédiatement. Un fruité omniprésent (corbeille de fruits noirs), soutenu par des épices, de la réglisse, une note empyreumatique… Complexité et puissance. Les tannins sont fermes mais élégants et le tout est bien équilibré par une acidité intéressante. Un très beau vin !

Différence avec le 2010: deux cépages écartés l’année précédente (syrah et cabernet franc) font cette année partie de l’assemblage. L’Electus marie donc cornalin, humagne rouge, diolinoir, syrah, merlot cabernet sauvignon et cabernet franc, des raisins issus de parcelles soigneusement sélectionnées.  Des lots vinifiés séparément, de longues macérations, un élevage de 17 mois dans des fûts (80% de bois neuf) et affinage en cuve. Cela avant une mise en bouteille en juillet 2013.

Les connaisseurs d’Electus n’auront pas manqué de noter la baisse du prix de ce deuxième millésime (150.- contre 190.- pour le précédent). J’ai naturellement posé la question du pourquoi…  Récemment, la baisse du prix des grands vins, notamment des bordeaux,  a été forte et quasi-générale. Valais Mundi a donc tenu compte de cette évolution dans le prix de sa bouteille vedette (une baisse d’un peu plus de 20%, soit beaucoup moins que dans le bordelais).

Surprise encore lors de cette dégustation. La présentation de la petite soeur de l’Electus. Baptisée Eclat, cette bouteille marie 55% de petite arvine à 45 % d’heida (ou païen). Ce vin du millésime 2014 a fermenté et a été élevé en fûts neufs. Le résultat est bluffant. Une magnifique robe d’un jaune étincelant. Du fruité dominant au nez, ananas, fruit de la passion, agrumes. Et une bouche hyper dynamique, avec une grande tension, de la fraîcheur et une grande minéralité. J’ai franchement beaucoup aimé ce vin et je loue la maîtrise de l’élevage en barrique qui ne laisse aucune trace indésirable. Du grand art!

Si l’Electus 2011 a été produit à hauteur de 20’000 cols, l’Eclat (dont on n’a pas encore pu voir l’étiquette) se contente de quelques milliers de bouteilles. Des flacons vendus au prix unitaire de 75 fr. pour le client privé.

Electus 2011

A noter enfin qu’il n’y aura pas d’Electus 2012, les exigences qualitatives très élevées n’étant pas remplies. Et c’est tout à l’honneur de ses auteurs.

 

 

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.
No comments yet.

Laisser un commentaire