Mesurette insuffisante…

Aux dernières nouvelles, l’IVV serait prête à concéder l’obligation pour les « aromatiseurs » amateurs de copeaux et/ou les « édulcorateurs » utilisateurs de sirop (MCR) de mentionner leurs pratiques sur les étiquettes. Magnanimes, les gars. Car c’est bien sur les étiquettes de vins AOC qu’ils comptent faire mentionner leurs pratiques douteuses. C’est ça, le dialogue promis ? Une petite, toute petite reculade qui ne peut qu’emporter les suffrages de quelques esprits tièdes, mais qui ne suffira pas à convaincre ceux qui aiment vraiment leurs AOC et qui les respectent vraiment.

Non, messieurs de l’IVV. Ce n’est pas cela, le dialogue promis. « Nous sommes prêts à rediscuter de certains points », clamait votre président. Et dans le même temps, vous vous contentez de cette triste pirouette pour faire passer votre pyramide bancale. Quid de la Marque Valais ? cet outil marketing que vous mélangez allègrement avec l’AOC, un outil législatif. Vomcr_bio_elaboration_vins_biologiqueus continuez à additionner des poires et des canards. Et bien sûr, vous poursuivez, malgré ce tout petit accommodement, subterfuge grossier, votre entreprise de dégradation de notre bien commun, l’AOC dont nombre de signataires ont largement contribué à asseoir la réputation.

Je rappellerai avec Pierre Schauenberg, le responsable de l’OFAG: « Les vins IGP pourraient être une réalité dès 2022. D’ici là, la catégorie vin de pays permet l’utilisation de copeaux ou de MCR. »  J’espère bien que ni l’Etat, ni les « puristes » (merci pour ce compliment, même si je doute fort qu’il ait été choisi dans ce but) ne tomberont dans le panneau grossier tendu par les « impuristes ».

PS. Cette remarque d’un utilisateur de facebook amateur de vins sur mon profil: « S’il faut produire de la daube pour une viabilité économique, quelle tristesse et quel mépris du consommateur ! Qu’ils se remettent en question ! »

 

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire