Cave Hubert Germanier: une belle rencontre

C’est peut-être ça, la magie du vin. Ce noble breuvage vous fait faire parfois des rencontres chaleureuses qui vous marquent. Parce que vous vous retrouvez avec un producteur autour de quelques bouteilles qui vous font savoir que vous êtes sur la même longueur d’onde. Question de style de vins ! Le fruité, l’élégance, la noblesse, la franchise surtout. Tout cela suffit à vous faire savoir que l’homme en face de vous partage certaines valeurs importantes abandonnées dans d’autres caves.

Ce fut le cas ce matin avec Fabio Negri, l’oenologue de la Cave Hubert Germanier à Vétroz. Un homme dont j’ignorais tout jusqu’à son récent téléphone. Un vinificateur qui m’a rapidement convaincu de sa sincérité lorsqu’il parle de vins. Formé dans son Piémont natal, passé par Bordeaux, il est depuis le millésime 2013 aux commandes de la cave Vétrozaine. Il y vinifie une grosse vingtaine de vins, le produit de 24 hectares, 12 en propriété, 12 autres travaillés par une quarantaine de fournisseurs, provenant essentiellement de la région Ardon-Conthey-Vétroz.

Negri Fabio 160422-01-P

Fendant HG 160422-01-P

Fendant Grand Cru

Avec Fabio Negri, on parle surtout de vignes, de terroirs, de parcelles. Il loue les mérites de toute l’équipe qui s’en occupe. Et lorsqu’il évoque son travail en particulier, la vinification, il prône un interventionnisme aussi doux que possible. Et si l’homme est convaincant, ses vins soulignent et confirment le propos. Avec une ligne directrice: la finesse, le fruité, l’élégance. On retrouve cela du plus simple Fendant d’apéro, du Gamay de base, à l’Humagne blanche racée ou au très classe Pinot noir Grand Cru. Et comme j’ai aussi aimé l’Humagne rouge, souvent le « juge de paix » d’une production, je me dis que le bonhomme a bien compris le Valais et ses variétés phares dont il a le bon goût de respecter le caractère souvent si particulier.

A ce stade, je me demandais ce qu’aurait pu donner une vinification à la Negri pour des cépages puissants et corsés. J’ai rapidement été fixé lorsque mon hôte m’a fait l’honneur de me faire goûter en quasi-exclusivité les barriques de son prochain assemblage haut-de-gamme. Je vous promets que c’est du solide, de corsé, du concentré, mais aussi du digeste. A ce stade, la barrique semble très bien réfléchie. On se réjouit déjà de goûter au produit fini. Même s’il faudra patienter jusqu’à l’automne.

Un mot encore sur les produits de la Cave Hubert Germanier: ils sont vendus à un prix plus que raisonnable. J’aurais envie de dire – mais c’est bien sûr très subjectif – qu’ils constituent le meilleur rapport qualité-prix dont on puisse rêver en Valais. Ici, la plupart des spécialités sont à 16 francs. Seules deux têtes de cuvée et un grand cru atteignent ou dépassent de peu les 20 francs. Qui dit mieux ?

 

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.
No comments yet.

Laisser un commentaire