Hoppy people: une brasserie ambitieuse

Les brasseries dites artisanales fleurissent, avec dans le lot, le pire et le meilleur. C’est indiscutablement dans cette deuxième catégorie qu’on rangera Hoppy  People, créée à Sierre par deux passionnés, Olivier Brighenti et David Bonjour (à gauche ci-dessous).  Deux brasseurs amateurs – au sens le plus noble du terme – qui ont appris et apprennent leur second métier sur le tas, après des journées de travail bien remplies, le premier étant Délégué au projet campus Valais Wallis pour l’Etat du Valais, le second exerçant l’ostéopathie et enseignant de surcroît à la HES-SO fribourgeoise.

Bonjour BreghentiCes deux passionnés ont au moins deux points communs: leur amour pour la bière et leur perfectionnisme.  Et comme ils n’ont pas froid aux yeux, après avoir brassé dans un garage, ils se sont lancés à fond dans l’aventure en créant une SA forte d’un capital action frisant le demi-million, ainsi qu’une véritable brasserie dans une halle des Iles Falcon, à Sierre. A ce stade, leur outil de travail leur a coûté quelque 400’000 francs. « Avec ces installations, on pourrait produire 200’000 à 250’000 litres par année, en travaillant à flux tendu », explique Olivier Brighenti. Mais on en n’est pas encore là, puisque l’expérience vient de démarrer. « En un mois, rien que par le bouche à oreille, nous avons écoulé 4500 bouteilles. C’est plutôt encourageant », se réjouit son partenaire et ami David Bonjour.

Les bières labellisées Hoppy people (qu’on pourrait traduire par le peuple du houblon) n’ont rien à voir avec les bibines que nous servent les grands brasseurs industriels. Le secret réside dans l’utilisation généreuse du houblon américain. C’est ce noble produit qui apporte les arômes aussi expressifs que surprenants pour le néophyte. Pamplemousse, litchi, fruit de la passion, mais aussi violette, café, ananas… la liste est longue et le dégustateur s’en met plein les papilles.

Les deux compères ont monté eux-mêmes leurs installations. Un outil de travail moderne et fonctionnel avec une gestion électronique des températures et des principales opérations. Et leur brasserie peut se prévaloir d’un autre atout: elle fonctionne uniquement à l’énergie solaire produite sur le toit de la halle qui les abrite. Un plus écologique non négligeable.

Actuellement, cinq bières sont déjà produites chez Hoppy people. Trois sont des IPA, des India Pale Ale soit des bières à fermentation haute d’origine anglaise. « Ce sont des bières plus riches qui font la part belle au houblon. C’est dire qu’elles ont plus d’amertume et surtout plus d’arômes. Mais elles ont aussi pour particularité de posséder une fraîcheur qui fait qu’on a envie d’en reboire », explique David Bonjour.

Ces cinq bières, j’ai eu le plaisir de les déguster.

Bieres hoppy peoplePremière d’entre elles: la Twisted Mind, une pale ale (bière plus traditionnelle). C’est la bière d’entrée de gamme. 5,6% d’alcool, une jolie amertume et des arômes d’agrumes très perceptibles. Une bière désaltérante et expressive. « C’est la bouteille pour ceux qui n’ont pas l’habitude de déguster de la bière », explique Olivier Brighenti.

Second produit, mais aussi fer de lance de la maison: la Porn Star. Avec elle, on mesure déjà l’intérêt des fameuses IPA. Davantage de houblon et donc de complexité aromatique. Une mousse crémeuse (nous l’avons goûtée au fût), des fragrances d’ananas, de violette, de guimauve, de fruits à chair blanche. Le tout souligné d’une agréable amertume.

C’est parti pour la troisième: la White Psychobilly. Malgré son nom, rien à voir avec les bières blanches traditionnelles. « Le terme bière blanche, ou bière brune, ne veulent pas dire grand chose. C’est un peu comme si un amateur de vin commandait du blanc ou du rouge, plutôt que de réclamer une Petite Arvine ou un Cornalin », commente David Bonjour. Cette White Psychobilly a une robe d’un beau jaune puissant. C’est aussi une IPA réalisée avec près de 40% de froment et un gros houblonnage. 5,8% d’alcool, des arômes de fruit de la passion et d’agrumes et une délicate amertume: elle a tout pour plaire.

Place ensuite à la Black Psychobilly et ses 8,5% d’alcool . Une bière qui a bénéficié d’un houblonnage massif. On s’attend à être nourri. Rien de tout cela. La bière est fraîche, complexe, avec des arômes de café, de réglisse avant que le pamplemousse ne vienne apporter sa fraîcheur. Un léger sucre est perceptible, donnant un peu de rondeur supplémentaire.

Après ces trois IPA, place à la plus belge des bières de Hoppy People: l’Intrepid,  qui émarge à la catégorie « belgian strong ale ». Un jus de malt, avec des levures provenant de Belgique. Une bière que ses auteurs qualifient de « féminine ». Là encore les arômes surprennent, avec des notes de caramel, de banane, de pain d’épices. Et quand même 8% d’alcool.

Une bière plus légère, la 24-7, à boire 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, à 3,2% d’alcool complétera sous peu la gamme. Et un projet existe encore pour une bière ayant un potentiel d’élevage en barrique. On se réjouit déjà!

 

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.
No comments yet.

Laisser un commentaire