IVV: augmentation des redevances

Aymon 3

Yvan Aymon, président de l’Interprofession de la vigne et du vin

Communiqué de presse de l’Interprofession de la vigne et du vin du Valais (IVV)

L’Assemblée Générale de l’Interprofession de la vigne et du vin du Valais (IVV) a décidé à l’unanimité, le 29 novembre 2016, de demander au Conseil d’Etat une augmentation des redevances de 25% pour 2017, soit 0.5ct/kg et 0.5ct/m2.
Cette demande fait suite à la décision qui avait été prise lors de l’Assemblée Générale de décembre 2015, soit :

1. objectif à 4 ans (2019) : atteindre les montants de 4 ct par m2 et 4 ct par kg (+100%) selon une planification d’augmentation de 25% par an soit 0.5 ct par m2 et par kg.
2. Chaque augmentation annuelle fait l’objet d’une décision formelle de l’Assemblée Générale de l’IVV de l’année précédente (2016-2017-2018)

L’objectif à 4 ans a été annoncé au Conseil d’Etat en 2015, tout comme le fait que chaque augmentation annuelle sera précédée d’une décision formelle de l’Assemblée Générale de l’IVV.

L’IVV entend ainsi poursuivre des activités importantes pour la branche initiées il y a plusieurs années – pour les faire grandir ; – pour les accompagner avec de nouveaux projets comme ceux qui ont pu être réalisés grâce à l’augmentation qui avait été décidée pour l’année 2016 ; – pour respecter son objectif, soit le Valais est la destination vitivinicole préférée des Suisses.

Concernant l’augmentation prévue pour l’année 2018, l’IVV est consciente qu’en cas de nouvelle récolte analogue à celle de 2016, le montant de redevances supporté par les entreprises viticoles valaisannes, déjà conséquent en 2017, ne pourrait pas subir une nouvelle augmentation. L’IVV se réserve ainsi la possibilité de différer son objectif à 4 ans décrit ci-dessus.

Commentaire
J’ai pris connaissance du communiqué ci-dessus. J’ai également lu l’article que lui a consacré le Nouvelliste du jour. Ces lectures suscitent quelques remarques. On peut d’abord saluer la volonté de toute la profession de se donner les moyens d’augmenter la notoriété des vins du Valais. Il s’agit d’un doublement des cotisations qui atteindraient quelque 3,6 millions de francs lorsque les quatre augmentations annoncées seront effectives.

Une question se pose toutefois: que va-t-on faire de ces moyens supplémentaires ? Curieusement, on reste très vague à ce sujet. Plusieurs professionnels rencontrés ou contactés récemment avaient le même questionnement. Et ils m’ont affirmé ne jamais avoir eu de réponses à leurs interrogations. On attend donc avec impatience de connaître les actions promotionnelles qui seront mises sur pied. Des actions qu’il conviendra évidemment d’évaluer pour en connaître la rentabilité.

Autre question: quelle proportion du budget de l’IVV est dévolue à la promotion ?  Et quels sont les autres postes importants dudit budget ? Il me semble en effet étonnant que les vignerons et encaveurs interrogés soient incapables de dire ce que l’on fait de l’argent qu’on ponctionne sur leurs vendanges.

Une dernière remarque. « L’Etat du Valais a coupé les vivres à l’IVV », estime l’une des membres du comité des vignerons dans le Nouvelliste. La formule me semble aussi abrupte qu’abusive. Bien sûr, si mes renseignements sont bons, le Service de l’agriculture a dû, comme tous les autres services de l’Etat, serrer les cordons de sa bourse; et c’est une décision émanant du Parlement. Ces dernières années, le soutien étatique à la promotion de la viticulture a donc été considérablement réduit. Mais le Service de l’agriculture verse encore un montant conséquent à Valais Wallis Promotion*, chargé de coordonner la promotion de toutes nos richesses cantonales. Un organisme qui découle d’une volonté politique cantonale de rationalisation de la promotion valaisanne. Et l’on ne parle pas bien sûr des autres soutiens divers et variés pour les contrôles à la vigne, les murs en pierre sèche, les conseils techniques et autres. Le canton est donc bien loin de couper les vivres à cette branche emblématique de notre agriculture. Et c’est tant mieux!

* Renseignements pris à la source, en 2015, le canton versait encore 250’000 francs rien que pour la promotion des vins du Valais. En 2016, il a versé 400’000 francs  à Valais Wallis Promotion (VWP). Dans ce montant 160’000 francs sont spécifiquement destinés à la promotion des vins, en collaboration entre VWP et l’IVV. S’ajoutent à ces montants quelque 30’000 francs pour des projets communs. Et comme mentionné ci-dessus, des montants conséquents (de l’ordre de 100’000 francs) sont destinés à la dégustation des étoiles du Valais et aux contrôles à la vigne. Et pour les améliorations structurelles (murs en pierre sèche, accès, …) des projets pour un total de près de 100 millions sont déposés.  Le Valais reste donc le canton qui soutient le plus son agriculture (de manière générale) et sa viticulture.

 

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire