Vendanges 2016 (4): structure de l’encavage

Pour beaucoup d’amateurs de vins, le Valais vitivinicole, c’est d’abord les propriétaires-encaveurs. Sous cette appellation, des professionnels qui cultivent leurs vignes et qui n’encavent que (ou presque) leurs propres vendanges.  Lorsqu’on parle de qualité en Valais, c’est d’abord à eux (et elles) que l’on pense. Mais même si leur réputation et leur renommée est grandissante, les chiffres sont tout autres.

Cette année, le commerce (souvent appelé le négoce) a encavé 41 833 tonnes de raisin (soit environ 33,466 millions de litres).  Les propriétaires-encaveurs ont donc produit le reste, soit 10 380 tonnes  de raisin (8,304 mio/lt).  Autrement dit, les 84 commerces ont encavé 80,1% du vin 2016, alors qu’ensemble, les 359 propriétaires encaveurs ont encavé les 19,9% restants.

Autre évolution intéressante (ou inquiétante), c’est que cette concentration dans les mains du négoce est toujours plus marquée.
En 2010, les commerces étaient au nombre de 88 pour 77,8% de l’encavage et les propriétaires-encaveurs étaient 447 pour les 22,2% restants.
En 2004, les commerces étaient au nombre de 119 pour 76,8% de l’encavage et les propriétaies-encaveurs étaient 535 pour les 23,2% restants.

Autrement dit, au fil des ans, toujours moins d’acteurs, et une proportion toujours plus grande de vins encavés par le négoce, en particulier par quelques grosses boîtes qui rachètent à tout va toutes les entreprises qui battent de l’aile. Une concentration inquiétante qui donne le pouvoir à un nombre très restreint d’acteurs. Et ça, ce n’est pas bon du tout pour l’avenir de notre vitiviniculture.

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.
No comments yet.

Laisser un commentaire