On brade tout, même ce qui manque

Vous pouvez discuter avec qui vous voulez dans le monde du vin valaisan: les stocks sont à zéro et le fendant est une denrée très recherchée.

Cet état des lieux rend encore moins compréhensibles ces actions qui fleurissent régulièrement dans les grandes surfaces. Quand en plus, elles concernent un produit récompensé d’une médaille d’or au Mondial du Chasselas, c’est l’ahurissement, la stupéfaction, l’effarement, la consternation… Tout le dictionnaire des synonymes a tendance à y passer.

Bon, vous savez ce que je pense des concours et de la « garantie » (sic) qu’ils offrent quant à la qualité du vin. Mais ce seul argument marketing devrait déjà éviter un bradage. Car un fendant à moins de 5,35 fr la bouteille, c’est du bradage, on en conviendra. Et quand on sait que beaucoup de caves songent à… ou ont déjà réalisé des mises en bouteille très précoces par manque de vin, on se dit que le monde vitivinicole, avec le précieux concours de la grande distribution, marche sur la tête.

Bref, je trouve cela ridicule et même si ça me fera quelques « copains » de plus, je continue à le dire haut et fort.

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire