Abécédaire: C comme Carminoir

Origine – Pour une fois, pas de suppositions, ni d’analyses ADN. Les choses sont claires. Le Carminoir est né de la recherche à l’Agroscope de Changins. Il s’agit d’un croisement de Pinot noir et de Cabernet Sauvignon. On a même la date de naissance: 1982.

Surfaces – Né en Suisse, ce cépage reste pour l’instant confiné au vignoble suisse. Il y occupe un peu plus de 11 ha. La grande majorité est cultivée en Valais où l’on trouve 7,6 ha. Le Tessin suit avec 2,6 ha, devançant Genève 0,6 ha et Vaud 0,5 ha. On en trouve aussi à Zurich, Bâle et Berne (chaque fois, moins de 1000 m2).

Production – L’an dernier, le Valais a produit 77’037 kg de Carminoir, soit 61’630 litres. Du raisin qui avouait une moyenne de 93,2° Oechslé (22,28 Brix).
Principale commune productrice aux dernières vendanges, Leytron avec 10’081 litres de Carminoir. Suivent les communes de St-Léonard (9’222 lt), Saillon (8’542 lt), Vétroz (6’103 lt), Chamoson (4’690 lt),  Conthey (4’302 lt). Treize autres communes ont produit chacune moins de 4000 lt de Carminoir.

Carminoir1La vigne – Le Carminoir est un cépage assez vigoureux, à la fertilité élevée et régulière. Il nécessite donc un porte-greffe peu vigoureux et un terroir pauvre. Plutôt tardif (comme le Cabernet Sauvignon), il faut lui réserver des parcelles bien exposées pour qu’il puisse atteindre une maturité suffisante (si possible plus de 95° Oechslé). Le Carminoir est très résistant à la pourriture
La grappe du Carminoir est moyenne à courte, cylindrique, plutôt compacte.. Elle possède parfois une épaule. Quant à la baie, elle est petite et élliptique. La feuille de taille moyenne est tri ou pentalobée et d’un vert assez prononcé.

Le vin – Le vin est coloré. Il est puissant avec un bouquet complexe. En fonction de la maturité de la vendange, les notes de poivron sont plus ou moins prégnantes, sur un fond de fruits noirs et d’épices. Une belle tannicité en finale.

Quelques Carminoirs du Valais – Je connais plus particulièrement les Carminoirs de Romain Papilloud, de la Cave du Rhyton d’Or à Leytron et de Jean-Camille Juilland à Chamoson. Provins lui a aussi consacré une bouteille de la collection Mémoire du Temps (millésime 2008).
On trouve aussi du Carminoir notamment chez François Schmaltzried (cave Petite Vertu à Chamoson), Bruchez Vins (Flanthey), Claudy Clavien (Miège), Fabienne Cottagnoud (Vétroz), à la Cave du Paradou (Nax) et à la Cave la Grotte (fam. Schwéry) à St-Léonard.

Comme toujours, je suis à disposition pour compléter cette liste qui n’est sûrement pas exhaustive.

 

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire