Abécédaire: C comme Chardonnay

Origine – Le Chardonnay est un cépage originaire de Bourgogne. Un village porte son nom dans le Mâconnais, région que l’on considère généralement comme le berceau historique de ce cépage ayant conquis de nombreux vignobles du monde. Les récentes recherches ont permis de déterminer que le Chardonnay est issu d’un croisement naturel entre Pinot noir et Gouais blanc.
Dans l’Union Européenne, le Chardonnay  peut officiellement être désigné par d’autres noms : Chardoney (Bulgarie), Feinburgunder (Autriche), Morillon (Autriche), Pino shardone (Bulgarie) et Pinot Chardonnay (Chypre).

Surfaces – On estime à près de 200’000 ha la surface dédiée au Chardonnay sur la planète vin. En 2010, le Chardonnay était le 5e cépage le plus planté au monde; le deuxième blanc, derrière … l’Airén blanc, un cépage espagnol très résistant. On parle ici de cépages vinifiés…
C’est aux Etats-Unis qu’il est le plus présent (44’500 ha en Californie, 3200 en Orégon et Washington). La France vient en seconde position avec 35’000 ha, en Bourgogne, mais dans bien d’autres régions encore, la Champagne notamment. Suivent l’Australie (22’000 ha) et l’Italie (12’000 ha). Moldavie, Afrique du Sud, Chili, Slovénie, Argentine, Nouvelle-Zélande, Espagne et Bulgarie ont tous des vignobles de Chardonnay très conséquents. Mais attention, ces chiffres datent de 2001 et je n’ai pas réussi à en trouver de plus récents.
En Suisse (données de 2015), le Chardonnay couvre 358,8 ha. C’est à Genève qu’il est le plus présent (104 ha) devant le Valais (72,3 ha), le Tessin (46,2 ha), Vaud (40.4 ha) …  17 cantons ou régions viticoles comptent du Chardonnay dans leur encépagement.
A noter qu’en Valais, le Chardonnay, introduit en 1921, est assez stable, toujours au-dessus de 70 ha depuis 2005.

Production – En Valais, aux dernières vendanges, on a récolté 685’611 kg de Chardonnay qui ont permis d’encaver 548’489 lt. Du raisin qui avouait un taux de sucre naturel moyen de 92,6° Oechslé (22,14 Brix). C’était ainsi le 5e cépage blanc derrière le Chasselas, le Sylvaner, l’Arvine et le Savagnin blanc.
Par communes, c’est à Conthey qu’on a produit le plus de Chardonnay en 2013 (139’948 lt). Savièse suit avec 45’795 lt, précédant Chamoson (35’614 lt), Saxon (28’275 lt), Venthône (27’149 lt), Sion (25’034 lt) …
A noter qu’on trouve du Chardonnay dans 36 communes, souvent à petits ou très petits volumes.

Chardonnay2ptLa vigne – Le Chardonnay est un cépage plutôt vigoureux avec une assez bonne fertilité. S’il débourre et fait sa véraison précocement, il est de maturité moyenne (comme le Chasselas ou peu après). Ce cépage a cependant quelques faiblesses. Il est sensible aux gelées de printemps, à l’oïdium, à la pourriture grise. A l’étranger, on le sait aussi vulnérable à la flavescence dorée et à la maladie de Pierce, cette bactériose polyphage des Etats-Unis.
La feuille de Chardonnay est moyenne à grande, pentagonale et pentalobée, d’un vert assez prononcé. La grappe est moyenne, assez courte et plutôt compacte.

Le vin – Le Chardonnay est un cépage polyvalent. Il permet l’élaboration de vins secs, de vins liquoreux et de mousseux. On l’élève aussi bien en cuves qu’en barrique, un contenant qu’il supporte sans problème lorsque la concentration et la maturité sont idéales. En fonction des terroirs et des élevages, il peut prendre des profils aromatiques assez divers: fruits jaunes (citron, ananas, …), pêche, fleurs blanches, notes briochées, noisette, …
Sous nos cieux, en vin sec, il faut éviter la surmaturation du Chardonnay qui confère au vin un côté lourdaud et pâteux. J’ai pu constater que le Chardonnay valaisan réussit fort bien sur la rive gauche ou sur le haut des vignobles.

Quelques Chardonnays du Valais – J’avoue que je ne cours pas particulièrement après les Chardonnays valaisans puisque notre canton possède d’autres blancs bien plus originaux. Mais j’ai à plusieurs reprises eu l’occasion de déguster des vins très intéressants. Dans le lot, celui de la Cave St-Mathieu à Chalais ou celui de Dominique Passaquay à Choex au-dessus de Monthey. Ou encore ceux de la Cave la Siseranche et de Simon Maye et Fils à Chamoson, de la Cave les Cyprès à Veyras ou du Domaine des Muses (Robert Taramarcaz) à Sierre.
Ce ne sont là que quelques exemples qui m’ont marqué. Un très beau souvenir aussi avec le Chardonnay surmaturé (flétri) de la Cave d’Anchettes à Venthône (Jérôme Favre). Sans oublier les vins “méthode champenoise” de la Cave du Tunnel (Jacques Germanier), le brut millésimé en particulier, toujours fort bien réussis.
J’ai aussi goûté ou entendu du bien des Chardonnay suivants: Cave St-Georges à Sierre, Provins Valais, Cave St-Pierre à Chamoson, Les Evouettes de la Cave des Rois à Villeneuve (Grognuz), Cave Ardévaz à Chamoson …

Il y en a bien sûr bien d’autres que je vous laisse le soin de découvrir. Si vous avez des pépites à me signaler, je suis bien sûr ouvert…

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire