Cornalin ou Madiran: plaisir garanti

Deux vins dégustés ces derniers jours. Deux crus très différents, mais deux moments de plaisir, chacun dans son genre.

Confirmation, d’abord, avec le Cornalin 2010 de Philippe Darioli. Un concentré de griotte, relevé d’une touche épicée qui a su garder une robe sombre aux reflets pourpres, malgré ses quelques années de bouteille. Un cru à son apogée remarquablement équilibré, grâce à la légendaire fraîcheur de notre cépage rouge emblématique du canton (chaque fois qu’ il est cultivé par des gens compétents qui privilégient la qualité au pur rendement financier). Un grand moment de plaisir pour accompagner une viande rouge.

 

Découverte, ensuite, avec un Madiran (L’Aydie Origine 2009), un assemblage de Tannat et de Cabernet franc. Un vin méridional marqué d’emblée par les fruits noirs (mûre, cerise), accompagné d’une touche de graphite et d’épices. Un vin plutôt rond et gourmand, avec des tannins fins fort agréables. Autre atout de ce cru prêt à boire mais certainement capable de rayonner quelques belles années encore, son prix très doux, entre 11 et 13 francs selon le fournisseur.

Tags:

About Paul Vetter

Journaliste professionnel, Paul Vetter a longtemps travaillé comme spécialiste vin et viticulture pour des médias valaisans. Ayant décidé de se consacrer à d'autres activités, il continue à suivre attentivement les vins du Valais et la politique vitivinicole menée dans le canton. Il vous rend en compte en toute liberté.
No comments yet.

Laisser un commentaire