La Rolls du BIB made in Valais.

Le vin en BIB, le bag-in-box aussi appelé cubitainer ou fontaine à vin, qu’est-ce que ça évoque pour vous ? Une BIBine de bas de gamme, probablement. Des vins à trois francs six sous provenant de partout, sauf de chez nous, sûrement aussi.  Car contrairement à la France où ce contenant «cartonne»,  les volumes de vins suisses commercialisés en BIB sont encore extrêmement confidentiels. Et le cube de carton et sa poche intérieure  plastique que l’on trouve dans les grandes surfaces est pour l’instant réservé à des vins étrangers. Mais cela est en train de changer.

J’avais eu l’occasion d’exprimer mon scepticisme lorsque des vins de haut-de-gamme avaient été conditionnés en bag-in-box pour un bar à vin. Et oui, je l’avoue, j’ai de la peine à trouver de la noblesse à ce contenant qui a pourtant, il faut bien l’avouer, quelques atouts à faire valoir. Et je m’offusque toujours qu’on puisse le remplir avec des vins de haut-de-gamme.

On m’a présenté aujourd’hui une initiative que je trouve bien plus intéressante que ce qui a été fait jusqu’à ce jour. Un véritable concept réfléchi autour de la fontaine à vin, avec un vin spécifiquement élaboré pour ce contenant. A l’enseigne de «La Sellerie du vin», un jeu de mot évoquant à la fois l’artisanat et le cellier, on vous propose en BIB un assemblage rouge à dominante de pinot noir.  Le vin est élaboré par Frédéric Dumoulin (L’Orpailleur à Uvrier), qui s’est associé à Nicolas et Halima Servageon, deux anciens de l’Ecole Hôtelière de Lausanne, aujourd’hui actifs dans le marketing et le consulting.

De gauche à droite, Frédéric Dumoulin, Halima et Nicolas Servageon: les mousquetaires de « la Sellerie du Vin »

«La réflexion a démarré ce printemps. Vu l’état du marché du vin vendu «en vrac», je réfléchissais à de nouveaux débouchés», explique Frédéric Dumoulin. Et pour lui pas question de faire l’amalgame avec ses vins de haute tenue, produits à l’enseigne de l’Orpailleur. Une rencontre avec les Servageon suivie d’un brain storming a débouché sur la création de la Sellerie du vin. «L’objectif est de valoriser un produit en exploitant les avantages du bag-in-box. Et cela en faisant quelque chose de différent», précise Nicolas Servageon. Ce sera donc une fontaine à vin de luxe : graphisme soigné, utilisation autant que possible de matériaux recyclables, réalisation en Valais. Tout cela pour un vin millésimé de bonne qualité.

Un vin d’assemblage que Frédéric Dumoulin  a voulu résolument moderne, apte à séduire une clientèle qui découvre le vin. Mais pas seulement, parce qu’un BIB a des aspects pratiques qui séduiront à coup sûr des cafetiers bien sûr, mais aussi des personnes qui aiment boire un verre de vin au quotidien mais qui hésitent à ouvrir une bouteille . Car c’est bien là l’avantage principal du bag-in-box : une fois ouvert, le vin se conserve sans problème durant quatre semaines. Largement de quoi laisser le temps de consommer les 3 litres (4 bouteilles) qu’il contient.

Et le vin, me direz-vous ? Une belle robe rouge étincelante, un nez très expressif sur les baies rouges, avec une dominante de framboise. Une bouche ronde, soyeuse, finement suave. Un vin séducteur de bonne tenue. Des atouts qui devraient effectivement convaincre le public cible et permettre de concurrencer bien des crus du nouveau monde qui colonisent les linéaires de nos supermarchés.

Ce BIB de luxe ne vise pas le créneau des «vins à deux balles».  Les trois litres qu’il contient sont vendus 49,90 frs. Ce qui met l’équivalent bouteille à 12,50 frs.  Un prix tout à fait attractif au vu de la qualité du produit.

Celles et ceux qui veulent se faire leur propre idée peuvent le faire ce samedi 3 novembre auprès de Manor Sion qui met ce vin en dégustation durant la journée.

  Pour en savoir plus… http://www.lasellerieduvin.ch

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.

2 Responses to “La Rolls du BIB made in Valais.”

  1. Jerome | 3 novembre 2012 at 23 h 16 min #

    Bravo belle initiative.Il a tout pour plaire,cependant une question me brûle les lèvres,la température de service comment peut il être controlé sachant q un café ou autre se situe entre 20 et 22 degré.Une cave à vin serais nécessaire? Comment Manor ont il fait?
    Bien à vous.

  2. Moi-même | 4 novembre 2012 at 15 h 12 min #

    Bonne question. A part le frigo (pour le blanc), une cave à vin ou simplement l’entreposer à la cave, je n’ai pas d’autre réponse. Mais ce n’est pas tellement différent avec une bouteille entamée, si ce n’est qu’il faut moins de place.

Laisser un commentaire