Amphore: des millésimes contrastés

Amphore 2009

Amphore 2009

 

J’ai eu la chance de goûter hier à trois millésimes de l’Amphore (en blanc) de la cave Albert Mathier à Salquenen. Des vins qui varient passablement, puisque l’on cherche encore dans beaucoup de directions, pour l’équilibre, la méthode, le cépage, l’élevage…

L’amphore blanc 2009, d’abord. Un vin solide, puissant, avec une belle complexité et une grande tenue. Un soupçon d’oxydation, mais seulement un soupçon. Noyau d’abricot, thé noir, une touche de fruit aussi (orange, abricot) et des notes épicées (curry) et une finale minérale. Un beau cru vineux encore jeune, un vin que l’on goûte et regoûte avec plaisir.

L’amphore blanc 2010, ensuite. Une robe plus orangée que le précédente. Un nez très différent, sur des notes plus fruitées. Ecorce d’agrumes (orange, mandarine), une note florale aussi. Un vin plus facile à appréhender que le précédent, plus charmeur aussi, avec une très belle acidité et toujours une intéressante minéralité. Là encore beaucoup de plaisir.

L’amphore blanc 2011 enfin. Très différent, plus aromatique, plus féminin, une note fruitée plus dominante, abricot, coing… Plus facile à boire que les précédents. Presque trop « normal » pour cette gamme. Mais l’évolution est à suivre.

On se réjouit déjà de voir l’évolution de ces vins, ainsi que de l’évolution de la gamme. Pour le rouge aussi. On a goûté notamment à l’amphore encore enfouie contenant un Cabernet franc puissant qui semble très prometteur. Décidément, ces vins en Amphore n’ont pas fini de faire parler d’eux. Et ce sera en bien, j’en suis aujourd’hui convaincu.

 

 

Pour se souvenir,le reportage de Canal9 (voir ci-dessus)

 

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.

5 Responses to “Amphore: des millésimes contrastés”

  1. Rausis Christian | 6 mars 2013 at 8 h 54 min #

    J’ai trouvé ça : des fûts de cerisier pour le rouge et d’acacia pour les blancs ici : http://www.mathier.ch/fileadmin/user_upload/PDF/Informativ/Amphore/7_A_la_recherche_de_l_ame_du_vin.pdf

    A part ça 65 CHF, il faut que cela soit magique pour que j’achète. Est-ce que cela en vaut vraiment le prix ?

    • Paul Vetter | 6 mars 2013 at 16 h 30 min #

      Je t’invite à goûter cela à la maison (2009). Fais-moi signe!

      • Rausis Christian | 6 mars 2013 at 20 h 20 min #

        Avec plaisir !

  2. Winetemplar | 20 avril 2013 at 12 h 15 min #

    Pourquoi nulle part une indication de cépages?

    • Paul Vetter | 20 avril 2013 at 13 h 25 min #

      Bonne remarque. J’avais parlé des cépages lors du premier article, celui de la video, que vous trouverez en archives sur ce blog. Il s’agit d’une base d’ermitage (appellation valaisanne de la marsanne) et de rèze (cépage autochtone). Mais l’oenologue tente encore quelques essais, notamment avec une touche de viognier (sur le 2011, si ma mémoire est bonne).
      Une version rouge est toujours à l’essais. Là, par contre, on a complètement changé les cépages choisis initialement. On en est pour l’instant au cabernet franc.

Laisser un commentaire