Arvine et Cornalin, bien sûr

Petite Arvine et Cornalin, nos deux chevaux de bataille aujourd’hui un peu perdus dans une promotion qui fait feu de tout bois. Alors j’assure le suivi…

La Petite Arvine 2010 de Philippe Darioli, d’abord. La version élevée en barrique. Un élevage que l’on perçoit surtout par le volume du vin, car la barrique est fort bien maîtrisée et ne masque pas les arômes. Du pamplemousse, de la limette, une touche de fruits exotiques. Un vin de belle structure, mais vif et tendu. Magnifique Petite Arvine.

Le Cornalin 2005 de Nicolas Zufferey, ensuite. Là aussi un élevage en barrique fort bien réussi. Pas une ombre de vieillesse dans ce vin. Une belle couleur sombre aux reflets pourpres. Du fruit (griotte, myrtille), des épices et de très agréables tannins. Un vin splendide qui a fait l’unanimité.  Et qui n’a pas eu besoin d’un peu de sucre résiduel pour séduire.

Avec de tels ambassadeurs, le Valais vitivinicole montre tout son potentiel. Que les sceptiques viennent y goûter.

Deux vins magnifiques.

Deux vins magnifiques.

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.
No comments yet.

Laisser un commentaire