De réaction en réaction

C’était à l’origine la réponse à un commentaire acide… Et finalement, je me dis que ce petit coup de gueule mérite une meilleure place. Ne serait-ce que parce que ça me fait du bien… Voici donc le commentaire initial du lecteur, suite au dernier sujet sur l’étiquetage de Château Constellation et les recours qui vont faire jurisprudence. Sujet qui me semble à ce titre d’un intérêt non négligeable. Ce que ce le « pseudonymé » Julbul semble ne pas comprendre.

Sérieux ? ça vaut la peine d’encore en parler ? Vous voudriez pas faire un bel article sur un des merveilleux vigneron qu’on a par chez nous ? Expliquer ce que c’est un traitement de vigne ? Expliquer l’hélicoptère ou le gun ? Expliquer les astuces d’une cave avant la mise en bouteille et les soucis que peut rencontrer en encaveur à cette période de l’année. Genre un truc qui passe pas aux infos, qui montre le travail derrière la bouteille et qui est bien plus authentique qu’une histoire de nom ! 

Et voici donc ma réponse…

Vous n’avez pas aimé ce « post ». C’est fort regrettable. Il m’avait échappé que valaisduvin.com ne parle jamais du « travail » derrière la bouteille, « des merveilleux vignerons qu’on a par chez nous ». Ce qui ne m’avait par contre pas échappé, c’est que depuis les débuts de la nouvelle mouture, février 2012, 811 « articles » ont été publiés sur ce blog. C’est au bas mot 500 heures de « travail » mises gratuitement à la disposition des gens intéressés par la viticulture, valaisanne en particulier. Et avant cela, il y avait eu l’équivalent de 500 pages A4 malheureusement disparues. Cela doit donc faire un bon millier d’heures effectuées par pure passion pour les vins du Valais. Ajoutez-y – j’ai fait les comptes pour vous – plus de 2000 francs investis dans ce blog depuis ses débuts. Allez, ajoutons-y pour faire bonne mesure le fait que je me permet de prendre position, contrairement à beaucoup de courageux anonymes qui se contentent de pseudo dès qu’ils critiquent. Avec pour corollaire quelques inimitiés dont je pourrais me passer, bien sûr. Bref! Vous comprendrez dès lors que vos remarques acerbes me touchent. Mais heureusement, simultanément j’ai reçu en message perso des remerciements pour « tout ce que tu fais pour la viticulture valaisanne ». L’un compense largement l’autre, et de telles réactions sont assez fréquentes pour m’empêcher d’envoyer « tout péter » et me convaincre de m’installer dans mon canapé pour regarder une série débile dont tout le monde semble si friand.

Notez encore qu’à l’heure où certains blogueurs font payer leurs services (ce qui ne garantit pas une information plus ou moins objective, vous en conviendrez), l’auteur de valaisduvin.com reste libre de penser ce qu’il veut et de l’exprimer comme il veut.

Et pour ceux que le texte hérisse, profitez des photos… C’est à cette adresse: http://valaisduvin.tumblr.com/

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.

5 Responses to “De réaction en réaction”

  1. Rausis Christian | 7 juin 2014 at 8 h 34 min #

    Pensée du jour :

    L’ignorance, la sottise et la lâcheté, les trois plus redoutables ennemies du genre humain.
    Arsène Bessette

    Long live le VALAISDUVIN !

  2. darbellay | 8 juin 2014 at 7 h 44 min #

    Lecteur assidu et commentateur occasionnel du blog je ne peut que féliciter Paul Vetter pour la qualité de celui-ci.
    Thèmes variés, toujours d’actualité Valais du vin fait partie intégrante du paysage médiatique de la viti-viniculture valaisanne. C’est une plate-forme d’échange incontournable où les opinions les plus diverses peuvent s’exprimer, pour la plupart, à visage découvert; d’autres sous le couvert d »un pseudo profitent lâchement de l’anonymat pour distiller leur fiel, ils méritent le sort réservé aux lettres anonymes.
    Bravo Paul et continue ton oeuvre au service de la viticulture et du Valais tout entier
    Arthur Darbellay

  3. Christophe Venetz | 9 juin 2014 at 7 h 33 min #

    Bravo Paul pour tous ces avis et bravo au chimiste pour s’être s’opposé à l’étiquette de Château Consternation…
    Il faut arrêter de faire n’importe quoi sur nos étiquettes. Le consommateur à droit à des informations correctes et facilement compréhensibles, des indications qui respectent les directives de notre AOC. C’est le moment de faire de l’ordre dans ce domaine. Car ces derniers temps j’ai rencontré quelques autres bouteilles dont le contenu était au demeurant excellent, mais dont l’étiquette m’a rendu dubitatif.
    Par exemple:
    Blanc des Reines – Chasselas en Capitales AOC Valais.
    C’est quoi ce nouveau cépage « Chasselas en Capitales »?
    Téléphérique – Terre de Fendant AOC Valais.
    Pourquoi pas simplement « Fendant » puisque le vin est produit avec ce cépage et non pas avec la terre sur laquelle il mûrit?
    Et je ne parle même pas des nombreux beaux assemblages qui n’osent plus porter le nom de « Dôle AOC Valais »…

    • Charly | 10 juin 2014 at 16 h 13 min #

      Ben c’est idiot. Mais le mot fendant est négatif pour les ventes. Aussi simple que ça.

    • Marek Moos | 11 juin 2014 at 7 h 40 min #

      Salut Christophe,
      Vu que tu cites l’un de nos vins je tiens à te répondre directement. Tout d’abord pour te remercier de tes nombreuses et pertinentes contributions ensuite pour avoir, je l’espère, dégusté et apprécié l’un de nos vins. Il ne s’agit donc pas ici d’un « Terre de Fendant AOC Valais » mais bel et bien d’un « Fendant AOC Valais ». Terre de Fendant correspond à la marque de cette nouvelle ligne qui regroupe 3 Fendant issus de 3 terroirs différents (Téléphérique, Maya et Châtroz ainsi que d’autres qui suivront prochainement). Nous les commercialisons ensemble sous l’appellation « Terres de Fendant » pour mettre en avant l’importance du terroir sur un cépage plutôt neutre. Avec cette ligne, nous mettons en avant le cépage emblématique du Valais et la richesse de notre terroir. Il faut donc éviter, à mon avis, les amalgames trop rapides. Là ou je te donne raison, c’est que pour plus de pureté nous avons déjà simplifié l’étiquette et nous parlons maintenant uniquement de Fendant. Les Terres de Fendant apparaissent seulement dans la communication. Je reste à disposition si tu as plus de questions sur notre philosophie ou pour une dégustation à la cave.

      PS: merci Paul pour ton travail et ton investissement !

Laisser un commentaire