Arvine, Humagne blanche, Cornalin

Trois vins bien de chez nous pour reprendre contact avec nos crus après deux semaines de sevrage.

La Petite Arvine 2012 de Gérard Dorsaz à Fully: un vin magnifique, avec une belle robe jaune, un nez expressif, sur les agrumes et la glycine. Et surtout, une bouche d’un grand équilibre. La typicité aromatique, la note saline, le soutien d’une belle acidité et un une belle tenue. Une grande Petite arvine labellisée Fully Grand Cru.

L’Humagne blanche 2013 de Nicolas Bagnoud à Flanthey: une robe très pâle comme souvent avec ce cépage. Un nez très expressif, avec des notes florales et une touche de fruit à chair blanche. La bouche est très sapide:  on y retrouve les arômes perçus au nez et une fine perception tannique. Là aussi, un très bel équilibre et de la concentration.

Cornalin Papilloud

Le Cornalin 2009 de Romain Papilloud à Vétroz: Une robe sublime, sombre, avec une touche violine bien marquée. Un nez expressif sur la cerise noire mûre, avec aussi quelques épices. On retrouve tout cela dans une bouche charnue, concentrée et équilibrée par une acidité agréable.  Tannins harmonieux.

 

 

Tags:

About Paul Vetter

Paul Vetter, journaliste spécialisé dans le domaine vitivinicole pour la chaîne de télévision valaisanne Canal9. Ce blog n'engage cependant pas la chaîne.

One Response to “Arvine, Humagne blanche, Cornalin”

  1. Darbellay | 8 juillet 2014 at 9 h 30 min #

    Bravo à Gérard Dorsaz, ce grand maître de la Petite Arvine. Une Petite Arvine toujours parfaite!
    Alors que le Conseil d’Etat se tâte encore, consulte (ses spécialistes) pour savoir s’il ose interdire le coupage de la Petite Arvine, les encaveurs de Fully l’ont compris : 100% Arvine, 100% Fully, 100% Plaisir. Une ARVINE qui mérite bien d’être écrite en capitale.
    Arthur Darbellay

Laisser un commentaire